Présentation A.L.M.E.C.

L'association A.L.M.E.C. a vu le jour à Longeville-les-St-Avold le 25 juin 2008. L'objectif principal de l'association est de promouvoir la mise en place de l'internet haut débit sur la commune et ainsi proposer aux entreprises et aux particuliers la disponibilité d'offres et de services numériques modernes. Pour plus d'information sur l'association rendez-vous sur la page statuts.

Moselle Fibre : pose de poteaux bois à Longeville les st Avold …

A tous,

Malgré divers courriers envoyés à Mme le Maire afin d’obtenir les documents techniques justifiant la nécessité de poser entre 60 et 100 poteaux (Calcul des charges /poteau béton ENEDIS , …) ainsi qu’elle fasse respecter les nouvelles  dispositions gouvernementales publiées le 13 juillet 2019 elle a autorisée la pose de ces poteaux sans aucune discussion et débats au préalable.

Une convocation en urgence du conseil municipal  à été demandée par le conseiller municipal M.Matejicek (Longeville pour TOUS ») mais refusée par Mme le Maire qui comme à son habitude à peur des débats. Le dernier conseil municipal datant du 11 juillet 2019.

Un courrier A/R à été envoyé à M.le Préfet de Moselle  en lui demandant de rappeler à Mm le Maire le règlement ainsi que  les délais prévus entre 2 conseils municipaux sous 3 mois maximum. (voir précédent article)

Par contre, ne maitrisant aucun dossier technique, Mme le Maire à également signée un arrêté municipal autorisant Moselle Fibre à poser les  poteaux bois directement sur des trottoirs ne faisant même pas 90 cm de large. Ceci empêchera ainsi le passage des personnes à mobilité réduite. (voir les photos ci jointe).

Elle veux absolument et sans aucune concertation prouver que c’est elle seule qui décide et fait ce qu’elle veux dans notre commune. Elle bafoue les droits élémentaires des 23 propriétaires qui ont déjà un poteau béton ENEDIS sur le terrain  et qui ont refusé de s’en faire rajouter un en plus situé a 1 mètres de l’actuel !. 

Les conventions de mis en place (23) qui ont été envoyées soit disant aux propriétaires qui pour certains ne les ont jamais réceptionnés  car elles ont été envoyées à de fausses adresses. Aucun contrôle réel ou contact avec les propriétaires n’a eue lieu de la part de Moselle Fibre ni de la mairie ! .

Certains poteaux viennent d’être mis en place sans aucune autorisation sur des terrains privatifs (pourtant soumis à convention)  dont les propriétaires sont absents et n’ont jamais donné leur accord.

Photos Rue de Boulay:

Le trou pour le poteau a été creusé sur le trottoir limitant le passage des personnes à mobilité réduite (fauteuil roulant, de ambulateurs, …) des pensionnaires de l’EHPAD « les lauriers » tout proche. de plus ils sont tombés sur des tuyaux enterrés les empêchant de finir le travail !.

Poteau prévu  au 58a  de Boulay

    

Poteau posé sur le terrain d’un propriétaire rue St Barbe (pas de convention signée et aucune autorisation .. en plus dans une entrée de garage …) 

 

 

 

Il est grand temps de mettre un terme à de telles pratiques sauvages  qui bafouent les droits les plus élémentaires des propriétaires. En clair, on ne demande plus et on s’octroie le droit ou plutôt on laisse Moselle Fibre poser ses poteaux sur des terrains privés sans aucun accord.

Des dépôts de plainte et des actions administratives vont être engager dès cette semaine dont nous vous tiendrons informés.

Le Bureau.

 

 

 

Courrier en A/R au Préfet de Moselle contre Mme le Maire de Longeville les St Avold.

M.MATEJICEK Christian conseiller d’opposition ‘Longeville pour TOUS’ vient de nous faire part de l’envoi d’un courrier en A/R au Préfet de Moselle lui demandant d’exercer son autorité de tutelle envers Mme le Maire de Longeville les St Avold Mme Thielen Kalis afin de convoquer dans les plus brefs délais un conseil municipal .

Communiqué de M.MATEJICEK

En effet le dernier s’est tenu le 11 juillet 2019 et la loi ainsi que le règlement intérieur définissent clairement un délai maximum de 3 mois entre 2 conseils municipaux. Ce délai est dépassé depuis le 11 Octobre 2019 et à priori le prochain ne serait prévu que mi décembre .

Mme le Maire refuse tout débat et ce ne sont pas les points qui manquent :

Projet Très Haut Débit Moselle Fibre :

Débattre de la nécessité de laisser Moselle Fibre poser entre 60 et 100 poteaux en bois (800 € /pièce) alors que le texte de loi publié le 13 juillet 2019 au Journal officiel simplifie la mise en place des câbles fibre optique sur les poteaux bétons ENEDIS . Mme le maire refuse la communication des documents techniques en sa possession et  passe outre en signant un arrêté municipal de mise en place sur des trottoirs de 90 cm de large.

Commission de sécurité École maternelle & périscolaire

Malgré l’ouverture du nouvel ensemble scolaire aucune commission de sécurité n’a validée l’ouverture et la sécurité des enfants et du personnel .

Mme le maire a fait classer cet école en ERP 5 (établissement recevant du public) et accueillant moins de 100 enfants. Pourtant l’effectif est de 108 enfants et dépasse donc le seuil défini et l’école doit être classé en ERP 4 avec passage obligatoire de la commission de sécurité. Après de si importants travaux qui ont pris près d’une année, on voit que Mme le maire a pris des libertés et joue avec la sécurité des enfants et du personnel enseignant. Ceci n’est pas tolérable et indigne d’un 1 er magistrat.

Tous ces points et bien d’autres m’amène à adresser à Monsieur le Préfet de Moselle à rappeler à Mme Le maire ses devoirs et de débattre avec l’ensemble des conseillers municipaux des projets et des problèmes actuels.

Nous ne sommes pas dans une oligarchie ou seul 3 personnes décident ensemble des projets de la commune et ou même ses propres conseillers sont mis devant le fait accompli avec un niveau d’information qui frise le Zéro absolu. 

C’est pourtant la triste réalité et celle qui se disait communicante et à la tête d’une équipe dynamique est très loin de son objectif primaire et totalement déconnectée de la réalité de ce qui se passe à Longeville . On se contente d’expédier  les affaires courantes et de se mettre dans les rangs et aux ordres du D.U.F comme un bon petit soldat.

Les Longevillois auront à cœur de lui rappeler amèrement ses errances dans les mois qui viennent.

Des actions légales seront engagées auprès des autorités compétentes  dès la semaine prochaine.

 

C.MATEJICEK

Conseiller municipal « Longeville pour TOUS »

 

 

 

 

 

 

Article Républicain Lorrain : Projet Moselle Fibre à Boulay & Poteaux en bois …

Vous trouverez ci dessous un article paru en ce jour dans le Républicain Lorrain sur la mise en place de « poteaux bois » à Boulay. Comme écrimis en avant par le journaliste,  le problème est le même que dans d’autres communes Helstroff , Longeville ,…. .

Moselle Fibre fait ce qu’il veux dans ce projet sans aucune concertation avec les élus municipaux et les habitants et met en place des centaines de poteaux bois ( 800 € pièce …) . 

Pour rappel, un nouvel arrêté gouvernemental a été publié au Journal Officiel due 13 juillet qui augmente le calcul des charges de poteaux ENEDIS avec une simplification des accès à ces mêmes poteaux bétons .(voir fichier joint)

Cet arrêté a simplifier et a donner à  75 % des communes françaises  la nouvelle possibilité d’accrocher les « petits » câbles Fibre optique sur les poteaux ENEDIS  et augmentant les indices de calculs de charge.

Malgré divers courriers envoyés Moselle Fibre persiste à ne pas vouloir communiquer les calculs de charge soi disant réalisés ( ce dont nous avons un gros doute …)  et disent que ces documents sont confidentiels .

A notre avis, aucun de ces documents n’existe à l’heure actuelle et Moselle Fibre en tant que maitre d’ouvrage est passé outre à ces préconisations gouvernementales. M.Cousin (chef de projet) m’a fait part lors d’une réunion au D.U.F (9 sept 2019) ,qu’il ne procéderais à aucun recalcule des charges  suite à cet directive …  A t’elle été jamais faite ? .

Contrairement à ce que signale M. Dastillung (conseiller Général) les poteaux en béton ne sont pas à remplacer avec le petit câble fibre optique à mettre en place . Il s’agit plutôt que les entreprises sous traitantes et qui plantent les poteaux fassent du chiffre d’affaire car attacher ces câbles au réseau actuel ENEDIS ne coute rien . L’arrêté gouvernemental du mois de juillet 2019 va dans ce sens mais il faut absolument dépenser l’enveloppe de plus de 100 M€ prévu dans ce projet .

Il s’agit de l’argent du contribuable Mosellan qui est dépensé et pour le moment il n’y a qu’un seul prestataire Internet en l’occurrence ORANGE . On est loin de ce qui était annoncé comme un réseau multi fournisseurs  avec un choix pour les Mosellans . Ou sont les nouveaux FAI promis lors des réunions publiques ? .  Donc si vous etes chez un autre prestataire (SFR, FREE, Bouygues, … ) vous pouvez oublier le raccordement à Moselle Fibre . Cela changera peut ëtre,  mais pour le moment c’est la réalité

Le Bureau

Article du RL en date du 19/10/209  Nicolas Thiercy

 

Boulay-Moselle | Urbanisme Fibre : les poteaux en bois étaient-ils nécessaires ?

Rue des Huilliers, à Boulay, les habitants s’interrogent sur l’implantation d’une dizaine de poteaux en bois liés au déploiement de la fibre. L’un d’eux a écrit une lettre ouverte pour dénoncer leur aspect inesthétique et superflu, « d’autant que des poteaux en béton existent déjà dans la rue ».

Déjà évoquée à Bouzonville , à Longeville-lès-Saint-Avold ou encore à Forbach , la question de la multiplication des poteaux en bois fait aujourd’hui jaser à Boulay, rue des Huilliers.

Dans ce quartier de quelque 80 âmes pour 36 maisons, ces nouveaux poteaux de 5 mètres de haut ont été érigés à 30 centimètres des mâts en béton d’Enedis déjà existants. « Je me demande où est le progrès ? On nous vante les mérites de la fibre, cette technologie du futur. Or, pour l’installer, on utilise des techniques d’un autre temps. On aurait préféré l’enfouissement de ces câbles. Là, le quartier est un peu plus défiguré », regrette Jean-Marie Mathé,

« Un quartier délaissé »

Auteur d’une lettre ouverte publiée sur les réseaux sociaux, M. Mathé se fait le porte-parole de ses voisins et constate : « Notre lotissement est le seul parmi les nouveaux quartiers de la ville à n’avoir aucun réseau enterré. Pourquoi ce quartier est-il délaissé ? »

Cette incompréhension et cet agacement sont exprimés par d’autres habitants. Certains avancent toutefois un début d’explication : « Dans notre quartier, tout est aérien : l’électricité, le téléphone, la télévision câblée. La chaussée et les trottoirs ont été refaits à neuf pour la première fois l’an dernier. Il aurait fallu profiter de cette occasion pour enfouir les réseaux. Il en aurait été de même pour la fibre aujourd’hui. Au lieu de cela, on se retrouve avec des poteaux et des câbles supplémentaires devant nos maisons. »

Une question de sécurité…

« La mise en place des poteaux en bois n’est pas du ressort de la commune ou de l’intercommunalité », réagit pour sa part l’adjoint au maire chargé des travaux, Didier Talamona. Qui évoque « une réglementation » au niveau de la charge à respecter concernant les poteaux en béton. « Le déploiement de la fibre par Moselle Fibre suit le réseau France Télécom. Autrement dit, si les câbles téléphoniques ne sont pas enfouis, la fibre ne l’est pas non plus. »

Jean-Paul Dastillung, conseiller général et premier vice-président de Moselle Fibre, confirme et ajoute : « Il faut savoir que chaque poteau d’Enedis supporte un certain poids. Au-delà d’une certaine limite, le maître d’ouvrage est dans l’obligation d’ériger de nouveaux poteaux pour des raisons de sécurité. C’est le cas pour la rue des Huilliers et dans quelques autres rues de la ville », explique l’élu.

… et de budget !

Pour conclure, M. Dastillung indique que « remplacer un poteau en béton coûte 4 000 à 5 000 €, contre 700 à 800 € pour un poteau en bois. »

Et M. Talamona de citer une étude réalisée il y a 15 ans et selon laquelle le coût de l’enfouissement des réseaux dans toute la ville était de 5 M€. « Aujourd’hui, ce serait certainement plus cher encore ».

Nicolas THIERCY

 

 

Lettre Ouverte à Mme le Maire de Longeville les St Avold – PROJET MOSELLE FIBRE & POTEAUX BOIS

Vous trouverez ci dessous la lettre Ouverte adressée en ce jour par M.MATEJICEK  (Conseiller municipal d’opposition « LONGEVILLE pour TOUS  » ) à Mme Le maire afin qu’elle prenne enfin ses responsabilités et se positionne clairement sur le problème de la mise en place de plus de 60 poteaux bois totalement inutile dans le projet de mise en place du Très Haut Débit . 

Le Bureau 

Pétition en Ligne :

OUI AU TRES HAUT DÉBIT, mais NON  AUX  POTEAUX EN BOIS A LONGEVILLE  LES ST AVOLD  « 

Courrier-Mairie-MF-27102019

Projet Haut Débit à Longeville les St Avold / Bangladesh … et mise en place de poteaux bois supplémentaires.

Nous avons après de multiples courriers et mise en demeure de la municipalité de Longeville et de Mme le Maire obtenu seulement les schémas d’implantation des poteaux en bois en vue du déploiement de la Fibre optique dans notre commune.

Vous trouverez ci dessus les 2 plans prévisionnels de pose de poteaux en bois qui sont totalement inutiles depuis la dernière publication parue au  le J.O Journal Officiel du 13 juillet 2019.

En effet, ce texte de loi a augmenté de façon significative la charge qu’il est possible de rajouter sur les poteaux bétons ENEDIS qui sont déjà partout en place dans notre commune et dans les rues ou les réseaux n’ont pas été enfouis.

 En clair, une très grande partie des poteaux bois prévus  et placés à 1 mètre des poteaux béton actuels sont totalement inutiles et ne feront que l’affaire de la société qui va les mettre en place .

C’est ainsi que l’on gaspille l’argent public au bénéfice de sociétés privées qui se « graissent  »  la patte … avec de telles inepties.

La société MOSELLE FIBRE en charge de ce projet avec toutes ses sociétés sous traitantes doit avoir un intérêt à vouloir poser du « poteau bois » à tout va et en s’affranchissant de tout intérêt Écologique et de pollution visuelle.

Nous tenons a rappeler que 60 à 100 poteaux en bois sont prévus dans notre commune.

De plus , Mme la Maire et ses adjoints sont au courant du probleme. Ils se désintéressent totalement du problème et sont aux abonnés absents .

Leur réponse, c’est le DUF de Faulquemont et son chef de projet M.Henrion qui gèrent  le dossier et laissent ainsi le champ libre à Moselle Fibre de faire et d’ installer des poteaux qui ne sont pas nécessaires.

A aucun moment Mme le Maire ne s’est posé sur le bien fondé et la nécessité de leur mise en place … . C’est gravissime. Mais comme nous sommes en fin de mandature c’est « vogue la galère » et les prochains s’occuperont de ce dossier après les prochaines élections municipales.

Malgré nos demandes retirées au D.U.F et à la Mairie aucun document technique contractuel ne nous a été fourni  justifiant la mise en place de près de 100 poteaux bois supplémentaires. Ce n’est que du vent … comme d’habitude.

Nous avons demandé lors des 2 réunions au DUF que l’on nous communique les résultats des calculs de charge des poteaux béton Enedis … mais rien ne nous a été donné . 

Il est également du devoir de Mme La maire et avant toute signature d’autoriser la mise en place de ces poteaux sur le domaine public de demander également le résultat de ces calculs et de se faire sa propre idée sur le sujet . Mais comme d’habitude, rien n’a été entrepris et c’est aux autres a prendre les décisions et se cache derrière le D.U.F .

La seule affirmation du chef  de projet  Moselle Fibre (M.Cousin)  est de raconter dans les réunions au D.U.F que les nouvelles directives données dans le J.O du 13  juillet sont déjà intégrées  depuis l’année dernière . De plus, il a affirmé devant témoin que le fait de refaire les calculs lui couterait près de 12 K€ … En clair, il n’a rien fait du tout …  et n’a aucune intention d’intégrer les nouvelles données de calcul parues au J.O.  Quand on lui demande de communiquer les résultats des calculs de charge en affirmant qu’eux seul sont compétent pour décider CQFD.

Nous en appelons au bon sens des  Longevillois de ne pas accepter la pose de ces poteaux en bois car la solution est de fixer le câble fibre optique sur les poteaux Beton ENEDIS . L’arrêté du J.O du mois de juillet va dans ce sens . (voir encadré ci dessous a la fin de l’article).

Cela doit être trop simple et ne pas engendrer assez de rentrée d’argent … ce n’est pas grave c’est le contribuable Mosellan qui va payer .

                         

     Signez tous la pétition

     OUI AU TRES HAUT DÉBIT, mais NON  AUX  POTEAUX EN BOIS A LONGEVILLE  LES ST AVOLD  « 

Dernière minute :

 Comme aucun Longevillois n’a renvoyé la convention d’autorisation de mise en place d’un poteau bois sur son terrain, il est prévu que Mme la Maire signe prochainement et sans aucune concertation ( équipe dynamique et communicante …) une autorisation d’installer les poteaux directement au milieu des trottoirs donc sur le domaine public. On va amputer les  trottoirs comme ceux de la rue de Boulay qui ne font déjà que  80 cm de largeur avec la mise en place d’un poteau bois inutile. 

Comme conséquence, plus aucun pensionnaire de l’EHAP  tout proche ne pourra plus se promener en fauteuil roulant et déambulateur .

Merci à Mme le Maire pour l’accessibilité pour les handicapés et personnes âgées qui vous remercient par avance. 

Nous vous tiendrons informés des futures actions que nous allons mettre en œuvre afin de mettre un terme à ce genre d’ineptie.

 

Le Bureau

PLAN  DE MISE EN PLACE DES POTEAUX BOIS :

Lire la suite…

Les poteaux Enedis enfin armés pour la fibre optique – Projet Moselle Fibre Longeville les St Avold

A tous,

Vous trouverez ci dessus un  article paru le 23 juillet 2019  sur le site d’information Telecoms « Degroup News »  dans lequel on parle d’une décision d’assoupissement des règles de calcul des charges sur les poteaux électriques ENEDIS .

Cette nouvelle réglementation vient d’être publiée au journal officiel mi-juillet 2019.

En clair, avec ces nouvelles dispositions techniques de calcul, il n’y aura plus besoin de mettre en place de poteaux bois à coté des poteaux bétons existants .Ceci devant être confirmé par la direction de projet de Moselle fibre qui s’occupe du déploiement sur la commune de Longeville.

On peux dire que cette directive tombe à pic et devrait nous eviter d’enlaidir nos rues avec des poteaux en bois ( voir article précédent publie sur Heckling)

L’Association A.L.M.E.C restera vigilante et demandera au besoin la mise en œuvre de cette nouvelle réglementation.

Elle doit s’appliquer dans des zones considérées sans risque en cas de tempête ou de vents violents ce qui est notre cas à  Longeville !!!.

Le Bureau

Copie Article du 23 juillet 2019 « Degroupnews » de

Lien vers article :  Degroup News

Projet Moselle Fibre sur Longeville les St Avold

A tous,

Voila ce qui risque d’arriver à Longeville les St Avold pour le projet de mise en place de la fibre optique …. .en effet, des conventions de mise en place de poteaux en bois ont déjà été envoyées aux habitants de la rue de Boulay et d’autres rues ou le réseau électrique /télephone … n’a pas été enfoui … .

Il est a signaler que les poteaux bétons en place sont loin d’être en surcharge et ce n’est pas un câble en fibre optique supplémentaire qui va les faire tomber !. Il ne faut pas accepter de signer ces conventions qui vont encore plus dénaturer l’environnement . C’est inacceptable car les poteaux béton en place disposent tous d’un bras de fixation de câbles totalement libre et disponible.

Consulter l’article du Républicain Lorrain et ce qui a été mis en place dans la commune d’Heckling (annexe de bouzonville).

L’association A.L.M.E.C demande à tous les Longevillois de ne pas signer ces conventions et de refuser l’installation de poteaux en bois sur leur terrain en supplément des poteaux bétons existants.
C’est un non sens technique et nous demandons à la municipalité de Longeville et à Mme le Maire de prendre clairement position et de refuser la mise en place de ces poteaux qui vont à l’encontre de tout bon sens écologique.

Le Bureau

Article du Républicain Lorrain   – Commune Heckling

https://www.republicain-lorrain.fr/edition-de-saint-avold-creutzwald/2019/06/20/ces-poteaux-pour-la-fibre-qui-enlaidissent-leur-cadre-de-vie

Conseil Municipal animé du Mardi 12 mars 2019 – Vidéos en ligne

Vous trouverez ci joint une copie de l’article publié par le Républicain Lorrain sur la tenue du conseil municipal  de mardi 10 Mars 2019 . Un point important de l’ordre du jour  étant  d’enlever les fonctions du 3 ème adjoint M. Denis Schmitt et de le rétrograder au rang de  conseiller municipal.

NOTA : La vidéo de ce conseil municipal sera rendue très rapidement disponible . Ceci permettra que les Longevillois puissent se faire une idée de quelle manière et sans aucune forme de débats Mme le Maire et ses adjoints expédient les affaires de la commune .

Le Bureau

 

 

 

Vidéo Conseil Municipal  12 Mars 2019 Partie 1   50 minutes  

Vidéo Conseil Municipal  12 Mars 2019 Partie 2   & Fin .

 

Copie du RL en date du Mercredi 13 mars 2019

– Mme BOUTSERIN

La tension était palpable mardi soir à la réunion du conseil municipal. Pas tant pour le débat d’orientation budgétaire ni pour la dénomination de la nouvelle école maternelle inscrits à l’ordre du jour mais pour décider du sort du 3e  adjoint. Quelques semaines après l’audit du Football-club et la démission du président Denis Schmitt.

Absent aux réunions

La maire Suzanne Thielen-Kalis a rappelé les raisons qui l’ont amenée à prendre un arrêté en décembre dernier signifiant à son adjoint, Denis Schmitt, le retrait de toutes ses délégations. « Depuis presque un an, vous n’assistez plus aux réunions maire-adjoints… Vos nombreux écarts… Vos critiques inconstructibles… Vos actions et vos promesses engageant la responsabilité de la municipalité nous ont convaincus de prendre cette décision. » Celle aussi de le destituer ou non de son titre de 3e  adjoint.

La réaction du principal intéressé ne se fait pas attendre. À l’absentéisme reproché, « en 2018, j’ai assuré 42 permanences. Vous, Mme le Maire, 40 ! », introduit-il avant que l’assemblée n’assiste à un échange de balles entre maire et adjoint, encouragé par les élus de l’opposition visiblement dans le camp de l’ancien colistier de la majorité.

Il est alors question de mails dont Denis Schmitt ne serait plus destinataire depuis avril 2018, de mot de passe modifié et non communiqué au 3e  adjoint pour accéder à l’ordinateur de la mairie, de téléphone portable attribué à certains élus, d’indemnités et de promesses non tenues…

Parole contre parole

Suzanne Thielen-Kalis multiplie alors les contre-attaques et les reprises de volée. Joue parfois la montre : « On ne va pas y passer la soirée ! ». Et lorsqu’elle botte en touche, c’est son premier adjoint Etienne Laurent qui relance avec de nouvelles critiques envers son homologue. « Comment peux-tu autoriser l’ouverture d’un commerce sans que la commission sécurité soit passée ? Comment peux-tu prendre un engagement personnel pour accueillir une association sportive de Saint-Avold à Longeville alors qu’il n’y a pas de disponibilité au gymnase ? ». L’échange s’éternise. Chacun se renvoie la balle. C’est parole contre parole.

Vote secret

Trois quarts d’heure plus tard, Christian Matejicek (opposition) réclame un vote à bulletin secret lorsque la maire pose la question : « Qui est contre le maintien du poste d’adjoint à Denis Schmitt et qui s’abstient ? » On entre alors dans les prolongations.

« Est-ce que votre demande de vote secret est motivée », interroge Suzanne Thielen-Kalis. « Oui, répond la tête de liste Longeville pour tous. Il s’agit de la destitution d’un adjoint. C’est suffisamment grave pour que les conseillers s’expriment sans pression. » La réponse interpelle et ne convainc pas la première magistrate qui réclame à nouveau « un motif valable ». « Je vous ai donné la raison. Qu’est-ce qui vous gêne ? Vous avez peur de quoi ? » soupçonne Christian Matejicek.

« Dégoût humain »

Finalement, le vote se fera à main levée. Trois conseillers de l’opposition font savoir qu’ils ne prennent pas part au vote. Par 14 voix « contre » le maintien du poste d’adjoint, 5 « pour » et trois abstentions, Denis Schmitt est mis sur la touche et redevient « simple » conseiller municipal. Dans un dernier sursaut, il se lève, salue l’assistance et remercie ironiquement Mme le Maire de lui avoir fait « ressentir ce sentiment de dégoût humain ».

À Longeville, on n’a pas fini de refaire le match !

Odile BOUTSERIN

Communication de A.D.Q.V de Bitche – Lettre au Préfet de Moselle Gestion SYDEME

A tous,

Vous trouverez ci dessous une communication de l’association ADQV de Bitche qui depuis des années se bat contre la gestion et les malversations dans la gestion du SYDEME .

Un courrier en ce sens a été adressé par le président de cette association au M.Le Préfet de Moselle  afin qu’il assume ses responsabilités afin de mettre un terme aux actions de l’équipe dirigeante du SYDEME . Des communes comme Goetzenbruck ont réuni leurs conseil municipal et voté à l’unanimité une motion contre la gestion désastreuse du SYDEME qui persiste à vouloir investir dans la méthanisation et ainsi de creuser de plus en plus le déficit.

Il est grand temps que d’autres communes prennent l’ampleur de ce problème et aillent et prennent des décisions identiques contre le SYDEME car ils sont redevables devant leurs administrés et concitoyens de cette gestion.  Le D.U.F de Faulquemont doit également se positionner clairement sur cette gestion désastreuse. La seule lettre de M.Lavergne (Président du DUF) et  envoyée il y a quelques mois au président de la chambre régionale des comptes Grand Est est loin d’être suffisante.( voir ci dessous)

Il faut une prise de position claire et sans équivoque de l’ensemble des membres de la communauté agglomération du DUF. Cela va être très difficile, car certains de ses élus sont également des vice présidents  dans l’organigramme du SYDEME qui ne se positionneront pas car leurs intérêts personnels sont en jeu .

Il serait grand temps que les maires des communes faisant partie du D.U.F de Faulquemont prennent des initiatives comme la commune et les élus de Goetzenbruck .Mais pour ce faire, il faut un courage politique que beaucoup n’ont et n’auront pas de peur car tous ont peur d’exprimer leurs opinions .

Bonne consultation.

Le Bureau

Délibération CM Goetzenbruck page 1

Délibération CM Goetzenbruck page 2

DUF – Le SYDEME dans le collimateur 

Article Républicain Lorrain : demande de l’A.L.M.E.C sur les terrains de foot synthétiques …

Copie article du Républicain Lorrain paru le Vendredi 3 mars 2018 – Edition de St Avold

 

Polémique Longeville : Interdire les terrains de foot  synthétiques ?

Christian Matejicek, président d’une association de Longeville-lès-Saint-Avold, réagit à la polémique concernant les terrains de foot synthétiques garnis de granulats de pneus recyclés. Il demande au maire d’appliquer le principe de précaution et d’interdire, par un arrêté municipal, l’accès à ces pelouses potentiellement nocives.

Photo HD Christian Matejicek, président de l’Association Longeville moderne et communicante. Photo archives RL/Thierry Sanchis

La diffusion du reportage d’ Envoyé spécial sur la potentielle nocivité des granulats de pneus recyclés couvrant certains terrains de football synthétiques et notre article du 25 février dernier a encouragé Christian Matejicek, président de l’A.L.M.E.C , association Longeville moderne et communicante, à adresser un courrier à Suzanne Thielen Kalis, maire de Longeville-lès-Saint-Avold.

Le responsable, par ailleurs conseiller municipal d’opposition dans la même ville, demande à l’élue de prendre « un arrêté et un moratoire interdisant, jusqu’à nouvel ordre, l’accès physique aux deux terrains de football d’entraînement » de Longeville enrobés de granulats de caoutchouc recyclé (contrairement au terrain d’honneur).

Comptez-vous envoyer le même courrier aux maires de Saint-Avold, Creutzwald ou encore L’Hôpital possédant, eux aussi, ce même type de pelouse synthétique ?

Christian MATEJICEK  : « Non, mais il convient aux élus de prendre conscience que tant que l’on ne sait pas, on prend des dispositions. Il incombe au maire de Longeville, notamment, de prendre toutes les décisions qui s’imposent en vue de protéger les populations et d’appliquer le principe de précaution défini par le Code général des collectivités territoriales.

Si Mme Thielen Kalis va dans ce sens, elle n’en sortira que grandie et prouvera qu’elle prend le problème à cœur en attendant le rapport de l’Anses (Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail, NDLR) annoncé pour juin. »

Si un arrêté est pris, ce sont des centaines de gamins qui seront privés de leur sport favori, alors qu’aujourd’hui aucune étude scientifique ne prouve la dangerosité du produit…

« Je ne veux pas arrêter les matchs, ni bloquer les terrains de foot de France et de Navarre… Ce qui me préoccupe surtout c’est la santé des enfants, plus exposés que les adultes. Il existe sans doute des plans B, des terrains en schiste où ils pourront s’entraîner et jouer. À Longeville, ils peuvent fouler le terrain principal… »

Si vous recevez une fin de non-recevoir de la municipalité, comptez-vous aller plus loin ?

« Le rôle de l’A.L.M.EC  est de prévenir les gens. Si Madame le Maire ne fait rien, je laisserai planer le doute sur la nocivité jusqu’à la publication de l’enquête gouvernementale. Et si un gamin tombe malade et qu’il fait partie du FC Longeville, alors sa responsabilité sera engagée. Il n’y a pas que les États-Unis qui sont concernés par ce problème de terrains synthétiques constitués de granulats de pneus recyclés. Cela peut arriver chez nous. Je ne suis pas en train de dire aux parents : si vous envoyez vos enfants au foot, ils vont tomber malades. Non ! Je veux juste que l’on applique le principe de précaution. »

Parents rassurés

« Les parents qui ont pris connaissance de votre article paru dimanche dernier ont été rassurés plutôt qu’inquiets, rapporte Denis Schmitt, président du FC Longeville-lès-Saint-Avold. Même d’autres clubs de football nous ont félicités d’avoir fait le bon choix. » Celui d’avoir opté pour une pelouse garnie non pas de granulats de caoutchouc recyclé mais de billes de polyuréthane, « sans incidences sur la santé ». L’adjoint aux sports fait également savoir que les jeunes footballeurs « s’entraînent et jouent déjà sur le terrain principal, une pelouse synthétique dernier cri occupée 40 heures par semaine alors qu’avec le précédent terrain en herbe, on ne pouvait y jouer que 10 heures par semaine. »

Malgré plusieurs tentatives téléphoniques, nous n’avons pas réussi à joindre la maire de Longeville.

Propos recueillis par Odile Boutserin.

Polémiques sur les stades synthétiques : Longeville pas concerné ? Oui et Non …

Copie de l’article du Républicain Lorrain publié dimanche 25 Février 2018 

 Longeville-lès-Saint-Avold: Pas de déchets de pneus sur le terrain de foot

Un reportage à charge sur les terrains synthétiques de football a été diffusé jeudi soir sur France 2 dans le cadre de l’émission Envoyé spécial. S’il a semé le doute dans le Landerneau du ballon rond, il a par contre conforté le président du Football-club de Longeville-les-Saint-Avold dans ses choix. Explications.

Photo HD Le président Denis Schmitt, pas peu fier de disposer un terrain de foot synthétique, sans granulats de pneus recyclés.
Photo Thiery Sanchis

Ils collent à la peau, s’infiltrent dans les chaussettes et les chaussures de sport, provoquent des démangeaisons et, pour couronner le tout, seraient à l’origine de cancers… Ils, ce sont des granulats de caoutchouc issus de vieux pneus recyclés qui, disséminés entre les fibres synthétiques des terrains de sport (football, rugby, tennis…), permettent d’amortir les chocs et les chutes. Mais selon le reportage Gazon suspect diffusé jeudi soir sur France 2 par Envoyé spécial , ces billes noires contiendraient des substances toxiques.

Depuis le début des années 2000, les pelouses artificielles ont remplacé progressivement les terrains herbeux pas toujours praticables. Ces gazons du XXIe  siècle peuvent être foulés par tous les temps et toutes les saisons sans être abîmés. Ils coûtent aussi moins chers à l’entretien. Fini les tontes, les produits phytosanitaires, les arrosages…

Des opposants aux terrains synthétiques ont dénoncé les brûlures lors des chutes et glissades des joueurs ou encore des problèmes articulaires. « Pour ma part, ce que j’ai pu remarquer lorsque je fréquente d’autres stades, c’est cette odeur de caoutchouc brûlé quand le soleil brille et qu’il fait très chaud », admet Denis Schmitt, président du FC Longeville. Mais, concernant les répercussions des granulats de caoutchouc sur la santé, le Longevillois reste prudent. Les produits chimiques, il les connaît bien pour avoir travaillé pendant dix ans  à la sécurité des salariés de l’usine Total de Carling. « J’ai toujours fait mienne cette devise : la santé n’a pas de prix ! ».

Aussi, quand il a été question de rénover le terrain de football de Longeville-lès-Saint-Avold, le président-adjoint au maire a défendu bec et ongles son dossier pour inciter les financeurs à opter pour un gazon dernier cri avec non pas des granulats de pneus recyclés mais « des billes de polyuréthane, semblables à ce qui est utilisé pour isoler les maisons et elles n’ont aucune incidence sur la santé », assure Denis Schmitt.

Évidemment, le coût n’est pas le même. « La tonne de polyuréthane coûte 1 500 €, celle de granulats de pneus recyclés, 180 €. Et sachant que notre terrain a nécessité 48 tonnes de billes, faites le compte ! ». Nous l’avons fait. 63 360 € de surcoût pour un terrain principal estimé à 500 000 € et inauguré en septembre dernier.

Le complexe sportif de Longeville-lès-Saint-Avold dispose de deux autres surfaces synthétiques réservées aux entraînements. En grattant la surface, on y trouve ces fameux granulats de caoutchouc noirs qui font l’objet d’une polémique, surtout aux États-Unis. À Washington notamment où une coach sportif a dressé une liste de plus de 200 noms de footballeurs et footballeuses – en majorité des gardiens de but plus exposés- atteints de lymphomes et autres maladies cancéreuses. Pour sa part, le Gouvernement français a chargé l’Agence nationale de sécurité sanitaire (Anses) d’évaluer les risques potentiels de ces gazons synthétiques. Le rapport devrait être rendu fin juin.  Denis Schmitt est serein.

Commentaires de  l’A.L.M.E.C :

Comme le précise le Président du Football club de Longeville M.Denis Schmitt le nouveau stade n’est pas concerné, par contre sur les 2 autres terrains synthétiques d’entrainement existants  on y trouve ces fameux granulats de caoutchouc recyclés (voir article R.L)

Nous demandons à la Mairie et à M.Denis Schmitt la mise en œuvre et l’application immédiate du principe de précaution en interdisant physiquement l’accès provisoire à ces 2 terrains complémentaires tant que les résultats des enquêtes gouvernementales ne seront pas connus (Juin 2018).

Ce principe de précaution doit prévaloir avant toute autre considération afin de préserver la santé des sportifs et des enfants qui évoluent sur ces surfaces .

Un courrier en ce sens sera adressé dès Lundi matin à la mairie de Longeville les St Avold à l’attention de Mme le Maire .

  

Vidéo et compte rendu conseil municipal du 26 Janvier 2018

camescope

 

Nous venons de mettre en ligne la vidéo du Conseil Municipal  du :

       vendredi  26 Janvier 2018  à 20  Heures .

 ORDRE DU JOUR :

 

  1. Nomination du secrétaire de séance.
  2. Approbation du précédent procès verbal du conseil.
  3. Demande de subvention au titre des amendes de police pour les travaux de mise en œuvre de l’étude de circulation et de stationnement.
  4. Demande de subvention au titre de la DETR pour la création d’un parking supplémentaire au droit de l’école primaire dans le cadre du projet de création d’un accueil périscolaire et de la réhabilitation de l’école maternelle du centre.
  5. Autorisation de signature : convention ELECTRICITE 2 avec UGAP.
  6. Autorisation de signature avec le Departement de la Moselle d’une convention relative à la pose de coussins berlinois sur la RD25D.
  7. Enfouissement des réseaux rue des casernes, 2 ème tranche :convention ORANGE.
  8. Informations.


Lien vers le compte rendu :  CR-26-Janvier-2018

Pour visualisez la  vidéo cliquez sur ce lien : Video CM 26 Janvier 2018

Video

Prochain conseil municipal du Vendredi 1 Décembre 2017

 camera_zoom246x160   Le prochain Conseil Municipal de Longeville les St Avold se tiendra :

              Vendredi  1 Décembre  2017  à  20h00 

              Salle du Conseil (1 er étage de la Mairie).

 

    ORDRE DU JOUR :

  1. Nomination du secrétaire de séance.
  2. Approbation du précédent procès-verbal du conseil.
  3. Autorisation de signature – Recours à l’emprunt pour le financement du projet de création d’un périscolaire et la réhabilitation de l’école maternelle du centre.
  4. Décision modificative relative à l’opération 97 « périscolaire ».
  5. Décision modificative de régularisation de la subvention départementale des « amendes de police » 2015.
  6. Autorisation d’ouverture de budget avant le vote du budget.
  7. Décision modificative : inscription en investissement des travaux réalisés en régie au cours de ‘année 2017.
  8. SEBVF – Cession à l’euro symbolique de l’ancienne station de pompage.
  9. Adhésion à la MATEC.
  10. Recensement de la population 2018 – Recrutement des agents recenseurs.
  11. Convention communale de coordination avec la gendarmerie.
  12. Convention de concours de l’entretien à la caserne.
  13. Informations.

Les séances du conseil municipal sont ouvertes au public. Tout habitant de Longeville les St Avold pourra donc y assister. Par contre, pendant la séance, il faudra garder le silence et ne montrer aucun signe extérieur d’approbation ou désapprobation.

Cette séance sera comme depuis 2009 enregistrée sous format Vidéo et rendue disponible pour consultation  sur le site de l’A.L.M.E.C ( www.almec.fr).

 Venez nombreux assister à ces séances et de vous rendre compte comment se déroule un conseil Municipal.

Le Bureau

Autorisation préfectorale d’épandage des boues du SYDEME

‌Vous trouverez ci dessus un article sur l’épandage des boues du SYDEME suite à l’autorisation du Préfet par arrêté du 18 octobre malgré les avis défavorables de nombreux conseils municipaux (Liste ci dessous) .

Le Préfet comme à son habitude n’en a que faire des habitants et des avis négatifs des conseils municipaux des  communes mentionnée.

Il est grand temps que l’ensemble des habitants se mobilisent contre tous ces projets réalisés seulement dans l’Est de la France car il faut le dire et l’écrire on nous prend pour la poubelle de la France.

Agissez avant qu’il ne soit trop tard et soyez nombreux a aider les initiatives des associations locales qui militent pour l’environnement et bien sur pour le futur de vos enfants.

Liens Associations :

ADQV  de Bitche : http://www.adqv.net/     l’APEL57 : https://apel57.jimdo.com/

Le Bureau

 

epandage1

epandage2

 

Couverture Internet à Longeville les St Avold !

Nous sommes classés 1831 ème sur  4325 villes !!!! .

A noter :

Seul les 2 répartiteurs Orange (Rue Général de Gaulle et Rue de Faulquemont ) permettent un débit au dessus de 15 MBits ( VDSL jusqu’à 55 Mbits ~) .

Le répartiteur SFR (situé au Crédit Mutuel)  étant limité à l’ADSL de base ( soit en ce moment et si tout va bien 15 MBits en réception). L’opérateur SFR n’envisage pas de le migrer vers le VDSL  ( > 15 MBits )  en rajoutant tout simplement une carte électronique d’accès VDSL … . Mais SFR préfère laisser les abonnés  avec leur débit actuel, car ils ne risquent pas de se sauver autre part … du moins pour le moment .

Les habitants de toute cette partie Nord de Longeville apprécieront …. et sauront s’en rappeler en temps voulu en résiliant leur abonnement SFR  !. De plus la qualité de service SFR est de plus en plus déplorable et il ne se passe plus une journée sans incident notoire et le débit internet qui baisse de mois en pois . Par contre les factures augmentent ( + 12 € en moyenne / ménage) depuis 1 an … en obligeant les foyers à souscrire de facto des nouvelles offres  bouquets TV ,…  sans aucun accord de leur part .

Il va falloir patienter jusqu’en 2020 (si tout va bien)  .. pour voir enfin la fibre arriver dans notre Commune. La priorité a été fixée dans le projet régional Moselle Fibre d’équiper en priorité les communes et villages ruraux  … . C’est l’opérateur historique ORANGE qui est en charge du projet et nous demandons d’ores et déjà à ceux qui le peuvent de souscrire chez ce fournisseur Internet .

Le Bureau

 

Fibre-Longeville

Mobilisez vous et rendez vous dans les mairies concernées !

forages-EGL

Regardez la carte des nouvelles demandes de forages d’EGL/FDE, et précipitez-vous en mairie donner votre avis sur ces projets fossiles! Les cahiers d’enquête publique sont à votre disposition :

En mairie de Folschviller :
Du lundi au vendredi : de 08h00 à 12h00 et de 14h00 à 17h00
En mairie de Tritteling
Le lundi : de 14h00 à 17h30
Du mardi au jeudi : de 08h00 à 12h00
Le vendredi : de 14h00 à 17h00

En mairie de Pontpierre:
mardi : de 17h00 à 19h00
Le jeudi : de 09h00 à 11h00
vendredi : de 17h00 à 19h00

Et par mail :
pref-enquete-forages-folschviller@moselle.gouv.fr
pref-enquete-forages-tritteling@moselle.gouv.fr
pref-enquete-forages-pontpierre@moselle.gouv.fr

Merci de partager !

 

Aberration : De l’argent public pour aider la Française de l’Energie

Source : Article du petit naborien (4/8/2017)

Nous diffusons l’article du petit naborien afin que le plus grand nombre de personnes soit informé de quelle façon l’argent public et de nos impôts est dilapidé par le Conseil Regional dans un projet anti écologique et voué à l’échec depuis le début.

 

Le Conseil Régional Grand Est a décidé de verser 1,75 millions d’euros pour soutenir le projet commun « REGALOR-ressources gazières de Lorraine » au bénéfice de l’Université de Lorraine et de l’entreprise Française de l’Energie.

Il s’avère que :
– La Française de l’Energie explore le sous-sol Lorrain à la recherche de gaz de couche (un hydrocarbure voisin du gaz de schiste qui ne peut être capté que part des drains horizontaux associés à une multiplication des puits).

– C’est une entreprise privée cherchant le profit pour ses dirigeants et ses actionnaires.

– EGL (European Gas Limited), devenu la Française de l’Energie pour surfer sur le Made in France, recherche désespérément du gaz depuis 2006.

– Après plus de 10 années, la société a produit ZERO m3 de gaz en Lorraine !

 

– La Française de l’Energie laisse derrière elle un historique aussi long qu’accablant (impact sur l’environnement, nuisances diverses, incidents, …)

– Ce gaz fossile recherché par la Française de l’Energie n’a pas sa place au sein de la transition énergétique.

– M. Julien MOULIN, patron de la Française de l’Energie, voudrait faire passer ce gaz pour une énergie verte… une incohérence de nature à faire suffoquer d’indignation tous les défenseurs de l’environnement.

Si les actionnaires veulent spéculer sur une entreprise vouée à l’échec, libre à eux, mais pas avec les deniers publics !

Début juillet, Nicolas Hulot, ministre de la Transition Écologique et solidaire, déclarait « Il n’y aura aucun nouveau permis d’exploration pour les hydrocarbures » et annonçait une révision du code minier, révision qui pourrait signer le glas des ambitions de la Française de l’Energie.

 

Alors, M. Julien MOULIN déclarait que si elle ne peut plus explorer le sous-sol Français, « l’entreprise Forbachoise pourrait se tourner vers la Sarre et la Wallonie. »

Par sa contribution le Conseil Régional prend le contre-pied du ministre sans attendre la révision du code minier. L’argent public est dilapidé pour un projet aléatoire.

L’Etat va dans un sens, la Région dans l’autre, et c’est nous qui payons !

Si le ministre tient ses engagements cela voudra dire que nous, contribuables, financerions des expérimentations pour la Sarre et la Wallonie.

Les riverains des forages réalisés, aux résultats pitoyables ont déjà trop subi ! Se dire que notre argent va continuer à financer cette mascarade, c’est inacceptable !

A propos de ce cadeau et avec un cynisme que l’on pourrait deviner, la Française de l’Energie considère que « c’est une étape importante dans l’environnement politique actuel » A rire ou à pleurer ?

Nicolas Hulot freine la Française de l’énergie

FGL

source : Par Arnaud STOERKLER • Journaliste de La Semaine • 10/07/2017

Le ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire a affiché sa volonté d’interdire dès cette année toute nouvelle recherche d’exploration d’hydrocarbures en France, dans un entretien radiophonique du 23 juin. Une volonté politique à rebours des ambitions de la Française de l’énergie en Lorraine, dont deux permis d’exploration sont en cours et deux autres coincés au stade de la demande.

«Il faudra changer la loi, le code minier […] pour interdire toute nouvelle exploration d’hydrocarbure sur les territoires métropolitains et d’Outre-Mer. » Voilà le pavé lancé par Nicolas Hulot dans la mare des énergies fossiles, le 23 juin, lors d’une interview à la radio. En clair, le ministre d’Etat chargé de la Transition écologique et solidaire veut accélérer la fin des énergies finies (pétrole, gaz naturel) au profit des plus propres (solaire, éolien). Un petit coup de massue localement, puisque la Française de l’énergie prospecte depuis 2006 le sous-sol lorrain en vue d’y trouver, pour le commercialiser, du gaz de houille.

Actuellement, l’entreprise possède déjà deux « permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux » validés en leur temps par la préfecture de la Moselle, c’est-à-dire par l’Etat français : intitulés  »Bleue Lorraine » et  »Bleue Lorraine Sud », ils couvrent respectivement 197 et 264 kilomètres carrés du territoire est-mosellan sur un secteur peu ou prou situé dans le triangle Boulay-Moselle, Sarreguemines et Château-Salins.

L’entreprise a déposé deux autres demandes de permis exclusifs de recherches, en attente de validation depuis plusieurs années :  »Bleu Lorraine Nord », qui couvre 360 kilomètres carrés de l’ancien bassin houiller dans la région de Forbach et de Freyming-Merlebach, et  »La grande garde », immense périmètre de 1 977 kilomètres carrés qui embrasse le pays messin et dépasse les frontières mosellanes jusqu’à frôler Briey et Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). « L’Etat français met beaucoup plus de temps que ne le veut habituellement la procédure, pour traiter ces deux dossiers », avoue Antoine Forcinal, directeur général délégué de la Française de l’énergie. « Ils restent à ce jour ni refusés ni acceptés. »

Détermination

Si les récentes déclarations de Nicolas Hulot sèment davantage le doute que l’espoir au sujet d’une quelconque validation de ces permis, la direction de la Française de l’énergie veut rester optimiste : « Ces PER (permis exclusifs de recherches, ndlr) sont reconductibles au bout de cinq ans, trois fois (soit quinze ans au total, ndlr), dans des conditions très strictes », rappelle Antoine Forcinal. « Nos permis déjà validés en Moselle, ce sont quatre puits de forage et des millions d’euros dépensés (45, ndlr). Si nous ne pouvions pas terminer notre exercice, la situation serait compliquée pour l’Etat, qui devrait a priori nous dédommager. En attendant, nous restons vigilants et continuons notre projet, qui n’a pas subi d’impact significatif. »

Face à cet enthousiasme, deux écueils : d’abord, le ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire semble déterminé dans son action tournée vers un développement plus durable. Sa nouvelle loi doit être « préparée à l’été » puis « votée à l’automne » et, s’il ne nie pas les difficultés de sa mesure concernant les permis déjà délivrés – « Un permis d’exploration, c’est juridiquement un droit de suite [vers] un permis d’exploitation » – , il compte bien montrer aux acteurs de l’hydrocarbure la nouvelle donne française : « Il y a en métropole et dans certains territoires des droits qui ont été donnés. On va quand même essayer de négocier (pour les annuler, ndlr). »

L’autre écueil, c’est le temps qui file pour la Française de l’énergie : après 11 ans de recherches, elle a bien trouvé du gaz de houille mais peine toujours à trouver une technique mature, sans fracturation hydraulique, capable de l’exploiter de manière rentable. Et ses deux seuls permis de recherche en cours atteindront bientôt leurs limites de renouvellement, dans un contexte de moins en moins favorable aux énergies fossiles.

 

 

Pétition contre la mise en place de « poteaux en bois  » dans le cadre du déploiement de la fibre optique du réseau THD (Très Haut Débit) à Longeville les st Avold.

Vous trouverez ci dessous un lien vers la pétition en ligne contre la mise en place de poteaux en bois placés à coté des poteaux bétons existants prévue dès Octobre 2018. (Voir les article récents sur le site A.L.M.E.C)

En effet, dans le cadre du déploiement et de la pose des câbles en Fibre Optique par le Département et pour de sombres raisons soi disant de « calcul de charges » d’autoriser la pose de poteaux en bois à 1 mètres de ceux existant actuellement .

Nous ne sommes par au Far West ni au Bangladesh … et une telle action contribuera à dénaturer totalement notre environnement sans compter les désagréments avec un « doublage » physique de tous les poteaux existants.

Ceci concernera dans notre commune de Longeville,  toutes les rues qui disposent encore de poteaux électriques en béton ENEDIS (Électricité et téléphone ,…)  (rue de Boulay, rue de Faulquemont, ….) .

Nous demandons aux personnes qui ont reçus par courrier une convention de mise en place d’un poteau  supplémentaire (en bois) sur leur terrain, de ne surtout pas signer ce document !.

Différentes réunions sont d’ores et déjà prévues avec Le chef de projet du DUF et le bureau d’études de Metz et les entreprises  afin de trouver une solution pour eviter la mise en place de ces poteaux en bois .

Nous avons également demandé a ce que la Mairie de Longeville s’implique dans les discussions en cours ce qui n’est pas le cas pour le moment …

LIEN PETITION :

 » NON A LA MISE EN PLACE DE POTEAUX EN BOIS A LONGEVILLE LES ST AVOLD  POUR LE DÉPLOIEMENT DE LA FIBRE THD « 

Nous vous tiendrons informé de l’avancée des discussions ainsi que des décisions prises.

Le Bureau

PS : en cas de question n’hésitez pas à contacter :

M.MATEJICEK Christian

Tel :   06.07.98.79.75

 

 

 

Video Conseil Municipal vendredi 30 Mars 2018

Video CM Longeville les st Avold – A voir le point 18 ( a partir de la 50 Minutes ) et ou Mme Le maire se fait voter une protection fonctionnelle supplémentaire pour payer les avocats suite à son dépot de plainte personnel … contre M.Denis Schmitt pour soi disant propos diffamatoires … C’est affligeant d’en arriver a un tel point Quand on est une personnalité publique il faut savoir assumer et encaisser qu’il y a des personnes qui ne sont pas d’accord avec vous ! … De plus Mme La maire qui prônait la démocratie participative au début de son mandat l’a totalement mise de coté. Les Longevillois apprécieront cet acte à sa juste valeur …

Le Bureau

Video  CM  30 Mars 2018