Présentation A.L.M.E.C.

L'association A.L.M.E.C. a vu le jour à Longeville-les-St-Avold le 25 juin 2008. L'objectif principal de l'association est de promouvoir la mise en place de l'internet haut débit sur la commune et ainsi proposer aux entreprises et aux particuliers la disponibilité d'offres et de services numériques modernes. Pour plus d'information sur l'association rendez-vous sur la page statuts.

Aberration : De l’argent public pour aider la Française de l’Energie

Source : Article du petit naborien (4/8/2017)

Nous diffusons l’article du petit naborien afin que le plus grand nombre de personnes soit informé de quelle façon l’argent public et de nos impôts est dilapidé par le Conseil Regional dans un projet anti écologique et voué à l’échec depuis le début.

 

Le Conseil Régional Grand Est a décidé de verser 1,75 millions d’euros pour soutenir le projet commun « REGALOR-ressources gazières de Lorraine » au bénéfice de l’Université de Lorraine et de l’entreprise Française de l’Energie.

Il s’avère que :
– La Française de l’Energie explore le sous-sol Lorrain à la recherche de gaz de couche (un hydrocarbure voisin du gaz de schiste qui ne peut être capté que part des drains horizontaux associés à une multiplication des puits).

– C’est une entreprise privée cherchant le profit pour ses dirigeants et ses actionnaires.

– EGL (European Gas Limited), devenu la Française de l’Energie pour surfer sur le Made in France, recherche désespérément du gaz depuis 2006.

– Après plus de 10 années, la société a produit ZERO m3 de gaz en Lorraine !

 

– La Française de l’Energie laisse derrière elle un historique aussi long qu’accablant (impact sur l’environnement, nuisances diverses, incidents, …)

– Ce gaz fossile recherché par la Française de l’Energie n’a pas sa place au sein de la transition énergétique.

– M. Julien MOULIN, patron de la Française de l’Energie, voudrait faire passer ce gaz pour une énergie verte… une incohérence de nature à faire suffoquer d’indignation tous les défenseurs de l’environnement.

Si les actionnaires veulent spéculer sur une entreprise vouée à l’échec, libre à eux, mais pas avec les deniers publics !

Début juillet, Nicolas Hulot, ministre de la Transition Écologique et solidaire, déclarait « Il n’y aura aucun nouveau permis d’exploration pour les hydrocarbures » et annonçait une révision du code minier, révision qui pourrait signer le glas des ambitions de la Française de l’Energie.

 

Alors, M. Julien MOULIN déclarait que si elle ne peut plus explorer le sous-sol Français, « l’entreprise Forbachoise pourrait se tourner vers la Sarre et la Wallonie. »

Par sa contribution le Conseil Régional prend le contre-pied du ministre sans attendre la révision du code minier. L’argent public est dilapidé pour un projet aléatoire.

L’Etat va dans un sens, la Région dans l’autre, et c’est nous qui payons !

Si le ministre tient ses engagements cela voudra dire que nous, contribuables, financerions des expérimentations pour la Sarre et la Wallonie.

Les riverains des forages réalisés, aux résultats pitoyables ont déjà trop subi ! Se dire que notre argent va continuer à financer cette mascarade, c’est inacceptable !

A propos de ce cadeau et avec un cynisme que l’on pourrait deviner, la Française de l’Energie considère que « c’est une étape importante dans l’environnement politique actuel » A rire ou à pleurer ?

Nicolas Hulot freine la Française de l’énergie

FGL

source : Par Arnaud STOERKLER • Journaliste de La Semaine • 10/07/2017

Le ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire a affiché sa volonté d’interdire dès cette année toute nouvelle recherche d’exploration d’hydrocarbures en France, dans un entretien radiophonique du 23 juin. Une volonté politique à rebours des ambitions de la Française de l’énergie en Lorraine, dont deux permis d’exploration sont en cours et deux autres coincés au stade de la demande.

«Il faudra changer la loi, le code minier […] pour interdire toute nouvelle exploration d’hydrocarbure sur les territoires métropolitains et d’Outre-Mer. » Voilà le pavé lancé par Nicolas Hulot dans la mare des énergies fossiles, le 23 juin, lors d’une interview à la radio. En clair, le ministre d’Etat chargé de la Transition écologique et solidaire veut accélérer la fin des énergies finies (pétrole, gaz naturel) au profit des plus propres (solaire, éolien). Un petit coup de massue localement, puisque la Française de l’énergie prospecte depuis 2006 le sous-sol lorrain en vue d’y trouver, pour le commercialiser, du gaz de houille.

Actuellement, l’entreprise possède déjà deux « permis exclusifs de recherches de mines d’hydrocarbures liquides ou gazeux » validés en leur temps par la préfecture de la Moselle, c’est-à-dire par l’Etat français : intitulés  »Bleue Lorraine » et  »Bleue Lorraine Sud », ils couvrent respectivement 197 et 264 kilomètres carrés du territoire est-mosellan sur un secteur peu ou prou situé dans le triangle Boulay-Moselle, Sarreguemines et Château-Salins.

L’entreprise a déposé deux autres demandes de permis exclusifs de recherches, en attente de validation depuis plusieurs années :  »Bleu Lorraine Nord », qui couvre 360 kilomètres carrés de l’ancien bassin houiller dans la région de Forbach et de Freyming-Merlebach, et  »La grande garde », immense périmètre de 1 977 kilomètres carrés qui embrasse le pays messin et dépasse les frontières mosellanes jusqu’à frôler Briey et Pont-à-Mousson (Meurthe-et-Moselle). « L’Etat français met beaucoup plus de temps que ne le veut habituellement la procédure, pour traiter ces deux dossiers », avoue Antoine Forcinal, directeur général délégué de la Française de l’énergie. « Ils restent à ce jour ni refusés ni acceptés. »

Détermination

Si les récentes déclarations de Nicolas Hulot sèment davantage le doute que l’espoir au sujet d’une quelconque validation de ces permis, la direction de la Française de l’énergie veut rester optimiste : « Ces PER (permis exclusifs de recherches, ndlr) sont reconductibles au bout de cinq ans, trois fois (soit quinze ans au total, ndlr), dans des conditions très strictes », rappelle Antoine Forcinal. « Nos permis déjà validés en Moselle, ce sont quatre puits de forage et des millions d’euros dépensés (45, ndlr). Si nous ne pouvions pas terminer notre exercice, la situation serait compliquée pour l’Etat, qui devrait a priori nous dédommager. En attendant, nous restons vigilants et continuons notre projet, qui n’a pas subi d’impact significatif. »

Face à cet enthousiasme, deux écueils : d’abord, le ministre d’Etat de la Transition écologique et solidaire semble déterminé dans son action tournée vers un développement plus durable. Sa nouvelle loi doit être « préparée à l’été » puis « votée à l’automne » et, s’il ne nie pas les difficultés de sa mesure concernant les permis déjà délivrés – « Un permis d’exploration, c’est juridiquement un droit de suite [vers] un permis d’exploitation » – , il compte bien montrer aux acteurs de l’hydrocarbure la nouvelle donne française : « Il y a en métropole et dans certains territoires des droits qui ont été donnés. On va quand même essayer de négocier (pour les annuler, ndlr). »

L’autre écueil, c’est le temps qui file pour la Française de l’énergie : après 11 ans de recherches, elle a bien trouvé du gaz de houille mais peine toujours à trouver une technique mature, sans fracturation hydraulique, capable de l’exploiter de manière rentable. Et ses deux seuls permis de recherche en cours atteindront bientôt leurs limites de renouvellement, dans un contexte de moins en moins favorable aux énergies fossiles.

 

 

GAZETTE Association APEL57

A tous,

Ci joint la communication « GAZETTE » de l’Association APEL57 qui se bat contre l’exploration et l’exploitation des gaz de couches . Nous vous demandons de soutenir les actions engagées par cette association qui se bat pour que notre environnement soit préservé pour l’avenir de nos enfants.

slt

LE BUREAU

Gazette-Recto

Gazette

Nouvelle Association de soutien à Longeville  » Les amis de sabine « 

Nous tenons à informer qu’une nouvelle association de soutien « Les amis de sabine »  vient de voir le jour à Longeville les st Avold.

Comme vous le savez surement un incendie a totalement détruit la semaine dernière  la maison de  Mme Richard Sabine et l’ensemble des biens et mobiliers s’y trouvant.

Vous trouverez  ci dessous l’article du Républicain Lorrain sur la creation de cette association et les actions qu’elle compte entreprendre afin de soutenir cette famille durement éprouvée. Nous demandons aux membres et sympathisants de l’ A.L.M.E.C de soutenir et de participer dans la mesure de leurs possibilités aux actions futures des « amis de sabine » . L’objectif étant d’aider cette famille à retrouver un environnent et un cadre de vie correct après ce sinistre .

Le Bureau

Source : Article du Républicain Lorrain du 2 Février 2017.

Solidarite

Réforme du code minier : Le gaz de couche autorisé dans le projet de loi ! Mobilisez vous !

Vous trouverez ci dessous une publication de l’Association APEL57 qui se bat afin pour l’interdiction des forages ( Lachambre, Longeville les St Avold , Zimming) et l’extraction du gaz de couche . Une proposition de loi sera en discussion la semaine prochaine qui devrait interdire l’extraction des « gaz de schiste » . On pourra constater que le lobbying des sociétés pétrolières comme la Francaise de l’Energie à payé car il est prévu d’exclure le gaz de couche de cette proposition de loi.

Si cela se confirme, nous demandons à l’ensemble des Lorrains de se mobiliser afin d’éviter qu’une nouvelle fois notre belle région Lorraine ne soit sacrifiée, mais cette fois ci avec des effets irréversibles pour l’environnement.

Dons soyez vigilants et prêt à vous mobiliser pour l’intérêt de tous les Lorrains et habitants des communes concernées par ces forages de gaz de couche.

Le Bureau.

Reforme

Enregistrer

Enregistrer

ÉPANDAGE DES BOUES DU SYDEME – LE NON DES CONSEILS MUNICIPAUX

Vous trouverez ci dessus un article paru dans le Républicain Lorrain qui explique pourquoi beaucoup de communes refusent l’épandage des boues résiduelles émanant de l’usine de méthanisation du SYDEME de Morsbach. Ceci est le cas pour Forbach et bien d’autres communes (ex  : Longeville les St Avold).

Lors du dernier conseil municipal du 2 Décembre 2016 les conseillers Longevillois ont également voté majoritairement NON (24 conseillers Non et 2 absentions)  contre ce projet d’épandage sur les terrains agricoles.

Cette décision  est a saluer et prend clairement en compte les risques que l’on ferait courir à l’ensemble de la population Longevilloise en autorisant l’épandage de ces boues.

Déjà l’autorisation donnée il y a quelques années par le Préfet de Moselle d’épandre les résidus et boues issus des stations d’épurations dans les champs environnants est également très contestée. Ces boues contiennent plein de produits chimiques et antibiotiques et autres  qui se retrouvent dans la chaîne alimentaire.

Bonne consultation.

Le Bureau

epandage-forbach-dit-non-pdf

Découvertes archéologiques à Longeville les St Avold

Vous trouverez ci dessous une copie de l’article du Républicain Lorrain du Vendredi 2 Décembre 2016 sur  les trouvailles archéologiques en cours sur le chantier du centre de soins de l’abbaye de Longeville les St Avold.

Source : RL du 2 Dec 2016 ( edition St Avold) 

Bonne consultation

Le Bureau 

chantier1

chantier2

 

Manifestation et actions ADQV & Collectifs régionaux contre la Taxe ordures ménagères .

Vous trouverez ci dessus l’article paru dans le Républicain Lorrain sur les actions de ADQV de Bitche contre la gestion désastreuse du SYDEME et l’augmentation inexorable des taxes et redevances d’ordures ménagères . D’autres associations et collectifs se sont joint à ce mouvement et une grande manifestation est prévue le 26 Novembre 2016 à Forbach.

En effet, quasiment tous les communautés de commune ont pris la décision d’augmenter les taxes sur l’enlèvement des ordures ménagères afin de combler le déficit abyssal ( 12 Millions d’euros)  de l’organisme de gestion SYDEME de Forbach. Vous le constaterez sans aucun problème en comparant vos factures semestrielles depuis 2 années.

Le Bureau

adqv1

adqv3

adqv2