Présentation A.L.M.E.C.

L'association A.L.M.E.C. a vu le jour à Longeville-les-St-Avold le 25 juin 2008. L'objectif principal de l'association est de promouvoir la mise en place de l'internet haut débit sur la commune et ainsi proposer aux entreprises et aux particuliers la disponibilité d'offres et de services numériques modernes. Pour plus d'information sur l'association rendez-vous sur la page statuts.

Couverture Internet à Longeville les St Avold !

Nous sommes classés 1831 ème sur  4325 villes !!!! .

A noter :

Seul les 2 répartiteurs Orange (Rue Général de Gaulle et Rue de Faulquemont ) permettent un débit au dessus de 15 MBits ( VDSL jusqu’à 55 Mbits ~) .

Le répartiteur SFR (situé au Crédit Mutuel)  étant limité à l’ADSL de base ( soit en ce moment et si tout va bien 15 MBits en réception). L’opérateur SFR n’envisage pas de le migrer vers le VDSL  ( > 15 MBits )  en rajoutant tout simplement une carte électronique d’accès VDSL … . Mais SFR préfère laisser les abonnés  avec leur débit actuel, car ils ne risquent pas de se sauver autre part … du moins pour le moment .

Les habitants de toute cette partie Nord de Longeville apprécieront …. et sauront s’en rappeler en temps voulu en résiliant leur abonnement SFR  !. De plus la qualité de service SFR est de plus en plus déplorable et il ne se passe plus une journée sans incident notoire et le débit internet qui baisse de mois en pois . Par contre les factures augmentent ( + 12 € en moyenne / ménage) depuis 1 an … en obligeant les foyers à souscrire de facto des nouvelles offres  bouquets TV ,…  sans aucun accord de leur part .

Il va falloir patienter jusqu’en 2020 (si tout va bien)  .. pour voir enfin la fibre arriver dans notre Commune. La priorité a été fixée dans le projet régional Moselle Fibre d’équiper en priorité les communes et villages ruraux  … . C’est l’opérateur historique ORANGE qui est en charge du projet et nous demandons d’ores et déjà à ceux qui le peuvent de souscrire chez ce fournisseur Internet .

Le Bureau

 

Fibre-Longeville

Lancement du Projet déploiement de la fibre optique (FTH) en Moselle

Vous trouverez ci dessous une communication du conseil départemental sur le projet de déploiement de la Fibre Optique Internet jusqu’à l’intérieur des maisons et appartements pour toutes les communes et villages de Moselle. Ce projet s’étalera jusqu’en 2021 car il s’agit de recâbler l’ensemble du réseau aérien et souterrain dans toutes les communes. Il est prévu un coût d’investissement de près de 400 € (raccordement + prise F.O) par maison ou appartement .

Nous vous informerons dès qu’un planning détaillé sera communiqué pour Longeville les st Avold, mais d’après nos informations le déploiement n’est pas pour tout de suite … Affaire à suivre.

A titre de rappel, le Très Haut Débit est disponible pour toute la partie Sud de Longeville (NRA-ZO Rue de Faulquemont & Gen de Gaulle)  en faisant la demande aux opérateurs ORANGE et FREE qui commercialisent sans coûts supplémentaires les offres ADSL+ ( Débit > 50 Mbs).

Il est donc temps que le dernier répartiteur NRA-ZO et qui appartient à SFR situé au Crédit Mutuel soit mis à niveau comme les 2 autres situés rue de Faulquemont et rue du Gen. de Gaulle. Ceci permettra aux abonnés de ce répartiteur  de bénéficier du Très Haut Débit ( > 50 Mbits/s) et ceci sans attendre le plan Fibre prévu pour Longeville en 2019  !.

Le Bureau 

Vidéo explicative et de vulgarisation du FTH ( Fibre optique à la maison)

Brochure :      Moselle Fibre                     Dossier de Presse  Moselle Fibre 

flyer-thd-4-novembre-2016

 

moselle-fibre

 

 

 

WIFI Opérateurs accessible partout en France .

Comment avoir du Wi-Fi partout avec le réseau de hotspots de votre opérateur ?

WIFI
Par – Article – DEGROUPTEST 
Pratiquement tous les opérateurs français mettent à disposition de leurs clients un réseau Wi-Fi communautaire. Grâce au partage de leur connexion Wi-Fi, les abonnés Internet fixes transforment leur box Internet en hotspot public. DegroupNews vous propose un récapitulatif sur les réseaux hotspots Wi-Fi des opérateurs.

Saviez-vous qu’avec votre abonnement Internet, vous pouviez vous connecter à la box de chaque abonné Internet de votre opérateur ? En effet, si vous et un autre client acceptez de partager votre connexion Wi-Fi, vous pouvez profiter l’un et  l’autre de vos connexions respectives. C’est ainsi que les opérateurs ont constitué leurs réseaux Wi-Fi communautaires avec les millions de box en circulation à travers toute la France. Pour accéder à ce réseau il faut donc accepter de partager votre propre connexion et qu’un autre client accepte aussi. Si une de ces deux conditions n’est pas réunie alors l’accès au réseau communautaire est impossible.

Une connexion sécurisée

Partager sa connexion est sans risque pour celui qui ouvre sa connexion à d’autres puisque l’opérateur sait qui se connecte à la box. Si une personne malveillante utilise votre connexion pour télécharger des contenus illicites, l’opérateur saura que ce n’est pas vous.

Une connexion bridée mais une connexion gratuite

Avec l’explosion des usages gourmands en data (streaming vidéo, téléchargement de photos, téléchargements de gros fichiers), les forfaits mobiles vont très rapidement devenir limités et nos factures mobiles pourraient très rapidement exploser. L’accès au réseau WiFi communautaire est une excellente solution pour palier ce problème. Toutefois, ne vous attendez pas à surfer avec des débits très élevés. En effet, la bande passante partagée est bridée afin de ne pas altérer le foyer qui partage sa connexion.

 Orange : un réseau de 4 millions de hotspots

logo orangeAvec plus de 10 millions d’abonnés Internet fixes Orange est probablement l’opérateur qui possède le réseau Wi-Fi communautaire le mieux fourni de France. Déjà 4 millions de clients Livebox ont accepté de partager leur connexion Internet en France et dans les DOM. Pour accéder gratuitement à ce réseau, il faut bien entendu être un client Orange et partager sa connexion Internet. Pour cela, rendez vous dans votre espace client – paramètres de services – et vérifiez que le partage de la connexion est activé.

Ensuite pour vous connecter au réseau Wi-Fi communautaire, il faut télécharger l’application Wifi d’Orange et posséder vos identifiants de messagerie Orange ou votre numéro de téléphone (si vous êtes client Orange mobile) ainsi qu’un mot de passe temporaire que vous pouvez obtenir en composant le #125# depuis votre smartphone.

Accédez aux hotspots d’Orange même si vous n’êtes pas un client Orange

Orange propose des Pass Wi-Fi aux personnes qui ne sont pas clientes ou à ses abonnés qui ne disposent pas de l’offre Wi-Fi illimitée dans leur offre Internet ou mobile.

Tarifs du pass Wi-Fi :

  • 1,5€ les 30 minutes de connexion
  • 4,5€ pour une heure de connexion valable 30 jours
  • 15€ les 10 heures de connexion valable 30 jours
  • 9,90€ les 24 heures de connexion
  • 19,90€ pour un mois de connexion en illimité

FreeWiFi : plus de 3 millions de hotspots

free logoChez Free, le réseau communautaire est appelé FreeWifi. Il est composé de toutes les Freebox (Freebox Révolution, Freebox Crystal et Freebox Mini 4k) partagées par les Freenautes. Pour y accéder les Freenautes dégroupés doivent créer leur identifiant FreeWiFi (automatique pour les nouveaux abonnés depuis 2010).

Dès qu’un réseau FreeWiFi est détecté depuis un PC, un smartphone etc., il suffit d’entrer ses identifiants pour s’y connecter.

Comme le rappelle Free, il peut être très utile de connaître ses identifiants FreeWiFi. En cas de panne de votre Freebox, le réseau FreeWiFi pourrait vous servir de réseau de secours.

Bouygues Telecom : un réseau Wi-Fi en expansion

bouygues-telecom-logo-2015-carrePlus petit opérateur Internet fixe en termes d’abonnés, Bouygues Telecom n’en dispose pas moins d’un réseau wi-Fi communautaire. Le réseau de hotspots Wi-Fi de Bouygues Telecom est un réseau Wi-Fi partagé composé des Bbox des clients qui ont activé l’option « Wi-Fi Bouygues Telecom » dans leur espace client.

Pour vous connecter à un hotspot Bouygues Telecom, il suffit de sélectionner un réseau Bouygues Telecom Wi-Fi dans la liste de réseaux Wi-Fi présents. Ensuite, ouvrez votre navigateur et vous serez automatiquement redirigé vers la page d’identification Wi-Fi Bouygues Telecom. Là, il vous faudra entrer votre identifiant Bouygues Telecom (adresse e-mail Bbox ou numéro de mobile Bouygues Telecom) ainsi que le code d’accès (mot de passe) à votre espace client.

Réseau SFR Wi-Fi, probablement le plus complet

sfr-logo-recta&ngulaireSFR ne se contente pas de son parc de 6,5 millions d’abonnés pour constituer son réseau de hotspot. L’opérateur a maillé son réseau avec des points d’accès publics nommés SFR WiFi Fon et SFR WiFi Mobile que l’on trouve partout en France notamment dans e nombreux lieux publics.

Chez SFR, l’accès au réseau Wi-Fi est déterminé en fonction de l’offre de l’abonné.

Pour les clients mobiles, vous pouvez accéder au réseau de hotspots si votre forfait inclut ce service.

Pour les clients ADSL ou fibre, vous pouvez accéder au réseau de hostpots sauf si vous possédez une offre Internet seule ou bas débit.

Pour les clients clé Internet (tablette, ordinateur portable), vous pouvez accéder au réseau de hotspots SFR WiFI si vous avez souscrit à un forfait mensuel, mais pas avec un pass rechargeable. Pour accéder aux hotspots, vous devez utiliser le gestionnaire de connexion PC ou Mac.

Pour accéder au réseau SFR WiFi depuis un terminal mobile, il faut passer par l’application SFR WiFi.

Si vous êtes un client ADSL ou fibre il vous suffira d’utiliser vos identifiants.

 Numericable : à quand l’accès au réseau Wi-Fi de SFR ?

Bien que Numericable ait racheté SFR, il semblerait que les abonnés du second n’aient pas encore accès au réseau Wi-Fi partagé du premier. En outre, les bornes Wi-Fi Numericable sont très rares étant donné le faible nombre d’abonnés de ce dernier et de la répartition de son réseau en France. Cependant, il y a fort à parier que les abonnés Numericable pourront vite profiter de la densité du réseau Wi-Fi de SFR.

Pratiques lorsque l’on a besoin de surfer sur le net en dehors de la maison sans exploser son forfait mobile, les réseaux Wi-Fi communautaires représentent une excellente alternative de connexion. Selon l’opérateur, ils sont très denses et inclus dans l’offre Internet fixe ou mobile. Peu connus, ils méritent toute l’attention des abonnés, aujourd’hui encore plus que jamais avec l’explosion de la consommation de data. Dans les années à venir, la couverture Wi-Fi des opérateurs sera un argument de choix dans le choix d’une offre.

Encore plus de très haut débit avec le VDSL2 en FttDP

VDSL2

Article DegroupNews – 25 Mai 2015  par 
 Un comité d’experts dont Orange a validé l’injection du VDSL2 en aval du point de concentration dans la boucle locale cuivre. Un grand  pas en avant vers l’utilisation du FttDP, la fibre optique jusqu’au palier.

 Depuis 2013, un comité d’experts regroupant des opérateurs dont Orange étudie la possibilité d’utiliser le VDSL2 dans une configuration  où les opérateurs pourraient déployer des équipements actifs au sein d’immeubles et en aval du point de concentration du réseau cuivre sans perturber les technologies xDSL existantes injectées depuis le NRA.

Après de nombreux tests en laboratoires, simulations théoriques et test sur des lignes téléphoniques réelles, le comité d’experts est  parvenu à un compromis technique afin de disposer des meilleurs débits dans un contexte de cohabitation accrue avec les autres  technologies xDSL.

Une première étape vers la mise en place du FttDp, la fibre optique « jusqu’au palier »

En autorisant cette technologie, l’ARCEP ouvre la voie au FttDP, c’est à dire le déploiement de la fibre optique jusqu’à un point très proche du logement de l’abonné. Toutefois à la différence du câble ou FTTLA qui raccorde l’abonné par une terminaison en câble coaxial, la terminaison FttDP utilise les câbles téléphoniques en cuivre. Un boitier de conversion (appelé DPU) raccorde la fibre au segment métallique terminal de la paire de cuivre. Ce boîtier est alimenté en énergie par le réseau électrique de l’abonné via ce segment métallique.

Vers un usage ponctuel

Loin d’être généralisée, cette technologie va permettre d’apporter une meilleure connexion à un grand nombre d’abonnés en attendant un déploiement définitif de la fibre optique jusqu’à l’abonné.

« Les acteurs du marché envisagent le recours au FttDP dans le cadre du déploiement en cours de réseaux en fibre jusqu’à l’abonné, afin de remédier à des difficultés ponctuelles et transitoires de réalisation du raccordement final en fibre optique, plutôt que dans la perspective d’une modernisation à grande échelle de la boucle locale de cuivre. Le FttDP pourrait être ainsi un moyen d’améliorer le taux de remplissage des réseaux FttH, en offrant une plus grande diversité de solutions pour réaliser le raccordement final », précise l’ARCEP.

Bonne nouvelle pour les internautes, cette technologie devrait être déployée dans les mois à venir. Si en plus du FttDP, les opérateurs utilisent la norme G.Fast, c’est encore plus de foyers qui seront éligibles au très haut débit plus rapidement.

Aujourd’hui déjà 15 millions de foyers sont éligibles à une offre très haut débit. Le FttDP vient rejoindre le câble (FTTLA ou HFC), la fibre jusqu’à l’abonné (FTTH) et le VDSL2 parmi les technologies très haut débit.

Pour savoir si vous êtes éligible au très haut débit vous pouvez effectuer un test d’éligibilité surDegroupTest.com

Quelle France numérique en 2020 ?

Nous trouverez ci dessous un article paru sur le site « Lorraine Numérique« . Quel sera l’état du Numérique en France à l’horizon 2020 ? .Quelles sont les solutions à mettre en oeuvre ? .

Ci joint le livre blanc du FIRIP

Livre blanc FIRIP

Lien vers l’article  =>   «  Quelle France numérique pour 2020 « 

 ===================================================================

Le très haut débit pour tous d’ici 2022. C’est ce que le gouvernement a fixé comme objectif.

Comment va-t-on y parvenir ? Avec quels moyens techniques, humains et financiers ?


200.700143

La FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’initiative Publique) fait un état des lieux dans son livre blanc « Quelle France numérique   pour 2020 » et met en perspective, exemples à l’appui, les différents axes qui en découlent (services, usages, infrastructures, emploi,    formation…).

Voici le résumé de ce Livre Blanc, avec une mise en évidence des sujets aménagement numérique du territoire, méthodologie, financement,     création d’emplois, dynamisation de l’économie; et des enjeux comparés à l’électrification du territoire ou au développement du chemin de fer.

Le rôle des collectivités locales

“L’initiative publique a un rôle essentiel […] en partenariat avec le privé.” annonce Gabrielle Gauthey, ancienne membre du collège de l’ARCEP, présidente de la commission innovation du MEDEF. L’article L1425-1 du 21 juin 2004 a en effet ouvert le “droit à agir” des collectivité locales en matière de télécommunications et d’aménagement numérique.

Cette ouverture, ouvrant la voie au déploiement des Réseaux d’Initiative Publique, a bien sûr permis une avancée certaine et une saine concurrence entre les opérateurs, sans hégémonie, comme nous pouvions le voir auparavant avec France Télécom. Et Gabrielle Gauthey d’ajouter “La fibre doit être partagée de tous« .

Les enjeux des RIP

Les RIP, réseaux d’initiative publique, qui ont justement vu le jour grâce à cet article L1425-1, « ont permis de créer des réseaux ouverts, de couvrir intégralement un territoire, de fournir un service THD généralisé à tous les acteurs, populations, entreprises, services publics d’un territoire », affirme Pierre-Michel Attali, directeur de l’unité développement, responsable du pôle réseaux et collectivités locales à l’IDATE.

Mais qu’apporte concrètement le déploiement des RIP sur les territoires ? Voici quelques points importants à retenir :
▪    Réduction des zones blanches
▪    Nouveaux services grâce au dégroupage ou aux réseaux fibre optique
▪    Tarifs attractifs pour les particuliers et les entreprises grâce à la mise en concurrence
▪    Dynamisation globale de l’économie avec l’implantation de nouvelles entreprises
▪    Génération d’emplois (on note un taux de chômage inférieur de 0,5 point sur les territoires “rippés”)
Quels investissements ?

Le plan très haut débit prévoit la mobilisation de 20 milliards € dans les 10 prochains années dont 3 milliard de subventions apportées par l’Etat pour soutenir les projets des collectivités territoriales.

Du point de vue de Serge Bergamelli, directeur général du CNED: « En 10 ans, les collectivités se sont ainsi appropriées un sujet qui n’était pas dans leur domaine de compétences. Il faut souligner que l’initiative publique n’est pas une alternative à l’initiative privée mais un moyen de développer la concurrence, un effet levier : on injecte de l’argent pour que le privé puisse exploiter ces infrastructures. […] On peut constater que l’initiative publique a en fait forcé les grands opérateurs à accélérer leurs propres investissements. Ils ont vu que s’ils ne répondaient pas aux DSP, ils allaient sortir du jeu ».

La complémentarité des technologies

« Pour atteindre l’objectif du très haut débit pour tous, les collectivités investissent aux côtés des opérateurs privés […] et doivent recourir au mix technologique » explique Laure de La Raudière, député de l’Eure-et-Loir. L’objectif est bien sûr est de disposer d’un accès égalitaire au très haut débit, aussi bien en pleine campagne qu’au cœur de Paris, et par la même de lutter contre la fracture numérique.
Un mix technologique également évoqué par David El Fassy, directeur général d’Altitude Infrastructure et vice-président de la FIRIP, qui précise toutefois que « la fibre offre le débit le plus égalitaire puisque constant et unique ».

Le très haut débit (débit supérieur à 30 Mb/s selon la définition européenne) pour passera par :
▪    une montée en débit des réseaux existants
▪    le déploiement de la fibre optique via les RIP
mais aussi par :
▪    Les technologies hertziennes (LTE/4G voire 5G)
▪    La technologie satellitaire

Le satellite vient en effet  compléter efficacement les réseaux filaires, fibre, câble et ADSL. « Il reste la technologie la plus naturelle de complément des réseaux terrestres », explique Michel Azibert, directeur général délégué d’Eutelsat. La société propose aujourd’hui une offre d’internet haut débit par satellite sur toute l’Europe.

Au total, en 2022, « tous les Français auront accès au THD, mais à 80% en FTTH. Pour les 20% restants, il faudra mobiliser des technologies alternatives », annonce d’ores et déjà Antoine Darodes de Tailly, directeur de la mission France très haut débit.

Les grands enjeux

Si pour Etienne Dugas, président de la FIRIP, les enjeux sont au moins aussi importants que le déploiement du chemin de fer au XIXe siècle ou que l’électrification des territoires, Yves Rome, sénateur de l’Oise et président de l’AVICCA, compare le fibrage des territoires à l’invention de l’écriture et de l’imprimerie. Le décor est planté.
 Mais alors, quels sont ces enjeux si cruciaux ?

Du côté des particuliers, les premiers services publics rendus possible par la numérique, selon Yves Rome« c’est tout ce qui concerne l’éduction, pour réaliser le concept tant évoqué de réussite éducative, avec l’individualisation de l’enseignement. […] Autre grand sujet, la recherche des économies d’énergie et une meilleure sécurité à l’intérieur de habitation. […] Je ne veux pas oublier la surveillance et le maintien à domicile des personnes âgées, toujours préférable au placement lourd en EPHAD ».

Yves Rome parle également de rééquilibrage de l’implantation de la population puisque tous les services rendus au public, tels que le télétravail et la télémédecine, vont « redonner une chance à des territoires »éloignés des métropoles. Pour Bruno Retailleau, sénateur de la Vendée et président du conseil général de la Vendée « Le numérique redessine la carte de la prospérité ».

Du côté des professionnels, à travers le très haut débit, se profilent de nombreux usages pour les entreprises. Jean-Michel Soulier, président de Covage en cite quelques-uns : « Téléphonie IP, big data, cloud, backup, visioconférence… ». Avec des impacts directs évidents sur la compétitivité, la productivité et la croissance. S’ajoute à cela la mobilité qui « est un service qui intéresse beaucoup les PME », explique Romain Bucelle, directeur associé du groupe Alsatis. En effet, les réseaux vont être essentiels pour la connectivité internet, les mobiles, les tablettes, les écrans, le cloud…

Pascal Caumont, directeur général d’Adista et président de la commission opérateurs de proximité de la FIRIP, précise que « les entreprises ont bien compris aujourd’hui l’intérêt des services hébergés, souvent appelés services Cloud ». Une offre « émergente est également appelée à se développer », c’est bien sûr le Big Data. Tout comme les services cloud aujourd’hui, l’intelligence opérationnelle -avec la possible analyse de volumes de données considérables- deviendra rapidement incontournable pour bon nombre d’entreprises. Bruno Le Maire, député de l’Eure, ancien ministre en charge de l’Aménagement du territoire, l’affirme lui aussi « Le Big Data va révolutionner le monde de l‘entreprise ».

Et la convergence ?

Avec la fibre optique et le très haut débit, les concepts comme le “Smart Grid” ont pu se développer. Le principe est de faire converger l’électricité et le numérique afin d’établir une gestion de l’énergie et de la relation à l’usager. A l’échelle de la ville, ce concept va offrir des outils de gestion municipale très performant. Le tout est bien évidemment rendu possibles par la fibre, seule capable de faire transiter des volumes de données extrêmement lourds. La complémentarité entre les réseaux, l’accès aux informations et la valorisation vont passer de plus en plus par une mixité des données, permettant de mieux gérer nos consommations énergétique, mais aussi d’enrichir notre cadre de vie avec les objets connectés.

Petite illustration de Francis Jutand, directeur scientifique de l’Institut Mines-Télécom : « On constate un besoin grandissant de rendre les réseaux plus interactifs, d’où l’idée de compteurs intelligents conçus comme un moyen de gérer les pics de consommation. Les équipements peuvent être ainsi numérisés et commandés à distance ».

Transition énergétique, gestion des espaces environnementaux, santé-économie, entreprise du futur,les promesses de la convergence paraissent aujourd’hui sans limites.

Un boom pour l’emploi et la formation

La création de valeurs permise par le numérique et le très haut débit va évidemment de pair avec la création d’emplois. Pour Gabrielle Gauthey, « La conséquence de la convergence est que les débits vont devoir être multipliés par 25, ce qui suppose un investissement énorme à faire sur les réseaux. […] Et on ne pourra pas avoir ce cloud dont va dépendre la compétitivité de nos entreprises s’il n’y a pas un réseau de fibre optique très performant ».

Antoine Darodes, directeur de la Mission France très haut débit nous donne alors quelques chiffres « ce plan THD d’environ 20 milliards porte un enjeu de 20 000 emplois. Il s’agit pour l’essentiel d’emplois non délocalisables dans les secteurs des réseaux et du BTP ».

Du côté des acteurs du numérique

L’entreprise Sogetrel, leader sur le marché des réseaux câblés, représente un bel exemple des enjeux du numérique en matière d’emploi. Xavier Vignon, son président, nous l’explique. « Nous devons trouver très rapidement des collaborateurs capables de concevoir et de construire un réseau. […] Il faut dénicher des potentiels pour les faire monter et qui soient le plus proche de nos métiers. […] Je ne serais pas surpris qu’on ait 200 ou 300 personnes de plus d’ici 3 ans ».

Du côté des entreprises

Pour André Marcon, président de CCI France, « On est en train de détruire beaucoup d’emplois avec le numérique, mais si on sait prendre le virage, on va en créer beaucoup. C’est une chance pour les plus petites des entreprises et pour les territoires. Avec ces outils auxquels elle ne pouvait prétendre dans les années 60, l’entreprise joue à armes égales avec ses concurrents. Aujourd’hui, la connaissance est tellement partagée que les petites entreprises peuvent l’acquérir sans bourse délier ».

Le très haut débit représente donc une égalisation par le haut, et ce dans toutes les sphères citées plus haut. D’après Bruno Le Maire, c’est « sans doute le principal bloc de croissance de la quatrième révolution industrielle ».

Clemence MICHEL

 

Internet Haut Débit et Triple play – Partie Sud de Longeville

FREE-ORANGE

      

   

    Compte rendu  Internet Haut Débit

Conseil Municipal – Vendredi 24 Octobre 2014 

 

Notre Président, également conseiller municipal,  a demandé une prise de position officielle de la part de Mme le Maire sur le problème de la non disponibilité d’offres triple-play et de la TV via ADSL pour la partie Sud de notre commune. 

Ce sujet a été traité lors des points « Divers » de l’ordre du jour.

Réponses :

Mme le Maire signale que ce « problème » est en cours de traitement au D.U.F de Faulquemont. Celui ci aurait demandé officiellement le dégroupage des 2 NRA-ZO (Rue de Faulquemont + Gén. De Gaulle).

Un nouvel opérateur, en l’occurrence FREE,  installera prochainement ses équipements (DSLAM) dans les NRA-ZO en question.

Ceci devrait enfin permettre l’augmentation du débit actuel vers 18 Mb/s en débit constant et la disponibilité de la TV via Internet. S’il n’y a pas de problèmes techniques particuliers, FREE proposera ses offres peut être avant la fin de l’année 2014,  pour tous les abonnés actuels. Cela mettra fin à la seule offre disponible pour le moment, en l’occurrence ORANGE.

Pour ce qui concerne la montée en débit vers le  VDSL2 (50 à 100 Mb/s), Mme le maire se contente d’annoncer que Longeville lès st Avold est déjà très bien équipée,  et que cette situation lui convenait très bien. Il n’y a pas lieu d’engager de nouvelles demandes à ce sujet. Elle considère que le dossier Internet haut débit est clos !.

Les Longevillois apprécieront cette déclaration à sa juste valeur alors que dans toute la France un nombre important de NRA-ZO sont en train d’être mis à niveau vers la technologie  VDSL2.

 

Commentaires de l’A.L.M.E.C :

Si cette venue de FREE  est confirmée, c’est une très bonne nouvelle pour tous les Longevillois de la partie Sud. Nous saluons la venue de cet opérateur et espérons également qu’il procédera à la mise en place d’un DSLAM de dégroupage dans le NRA-ZO du crédit Mutuel (opéré par SFR).

Ceci permettrait aux habitants de la partie Nord de pouvoir également bénéficier d’une nouvelle offre Triple Play et une alternative crédible à SFR et ORANGE.

L’A.L.M.E.C prendra contact avec FREE afin de l’informer de la situation actuelle et spécifique de Longeville.

Nous réclamons ce dégroupage depuis la mise en place en 2012 des 2 NRA-ZO. Mais ceci a toujours été refusé par le D.U.F  qui a évoqué de faux motifs techniques.

Nous tenons à rappeler  à Mme le maire ( qui était dans l’opposition à cette époque) ,que dès Septembre 2012 , l’A.L.M.E.C avait porté plainte à la D.G.C.C.R.F de Metz . Nous avons même été auditionné (M.Becker daniel (actuellement adjoint à la communication) et moi même (président de l’ALMEC) en Novembre 2012  pendant une matinée complète sur ce sujet dans leurs bureaux à Metz.

Alors affirmé haut et fort que c’est elle qui a tout fait à Longeville pour le dégroupage de ces 2 NRA-Zo  est une récupération que nous ne pouvons pas cautionner. Les Longevillois ne sont pas dupes de ces manipulations bassement politiciennes dont elle devient a priori  coutumière.

Point spécial sur le VDSL2 :

De même, la réponse de Mme le Maire, en ce qui concerne le VDSL2,  ne nous satisfait pas. Comme à son habitude, elle se contente d’un petit acquis vis à vis du D.U.F et n’en demande pas plus. Il est vrai qu’au D.U.F elle est vice présidente de la « petite enfance »,  et tout ce qui touche à la technique la rebute. Nous avons déjà assez perdu de temps ces dernières années avec l’ancienne équipe de M.Webert et ce sont les Longevillois qui en ont fait les frais . Alors un peu de courage Mme le maire et n’ayez pas peur de demander au D.U.F ce passage au VDSL2 . Cette technologie est en train de s’imposer comme une vraie alternative au projet de pose de Fibre Optique.

( Rappel : L’A.L.M.E.C a fait économiser  en Mars 2013 à la commune près de 1,2 M€ avec l’annulation du projet inutile Numericable (Tribunal administratif  de Strasbourg- Mars 2013 ).

Son attitude est de plus en plus hautaine et arrogante face  aux membres du conseil municipal. On ne peut   poser de question sans que Mme Le Maire ne se sente agressée. Elle est sur la défensive en permanence.

Elle a encore du chemin à faire quant à  l’exercice et la maîtrise de la démocratie  locale. Surtout pour quelqu’un qui critiquait fortement son prédécesseur. Elle a très vite oublié le temps où elle faisait partie de l’opposition. De plus, depuis le début de sa mandature, aucune commission « communication » ne s’est réunie et dans laquelle le Président de l’AL.M.E.C et conseiller municipal en fait partie . De quoi a t’elle peur ?.

Il est vrai que l’accès Internet n’est pas dans ses priorités. Elle se contente de répondre aux  demandes spécifiques de quelques de ses adjoints qui lui ont permis de gagner ses élections. L’avenir nous dira qui avait raison et qui avait tord. Le constat est affligeant. A nouveau, il suffit que l’A.L.M.E.C brandisse à nouveau la menace d’un dépôt de plainte pour que  la situation se débloque !. Mais tant mieux pour les Longevillois, au moins le dossier haut débit connaîtra une nouvelle avancée.

Nous vous tiendrons bien sûr informé de l’évolution de ce dossier qui concerne TOUS  les Longevillois. Nous n’avons pas l’habitude d’abandonner comme certains des dossiers en cours de route.

Le Bureau.

 

Plan numérique : Le très haut débit pour TOUS

Article paru sur Lorraine Numérique
Quelle France numérique en 2020 ?

Le très haut débit pour tous d’ici 2022. C’est ce que le gouvernement a fixé comme objectif. Comment va-t-on y parvenir ? Avec quels moyens techniques, humains et financiers ?

La FIRIP (Fédération des Industriels des Réseaux d’initiative Publique) fait un état des lieux dans son livre blanc « Quelle France numérique pour 2020″ et met en perspective, exemples à l’appui, les différents axes qui en découlent (services, usages, infrastructures, emploi, formation…).

Voici le résumé de ce Livre Blanc, avec une mise en évidence des sujets aménagement numérique du territoire, méthodologie, financement, création d’emplois, dynamisation de l’économie; et des enjeux comparés à l’électrification du territoire ou au développement du chemin de fer.

Le rôle des collectivités locales
“L’initiative publique a un rôle essentiel […] en partenariat avec le privé.” annonce Gabrielle Gauthey, ancienne membre du collège de l’ARCEP, présidente de la commission innovation du MEDEF. L’article L1425-1 du 21 juin 2004 a en effet ouvert le “droit à agir” des collectivité locales en matière de télécommunications et d’aménagement numérique.

Cette ouverture, ouvrant la voie au déploiement des Réseaux d’Initiative Publique, a bien sûr permis une avancée certaine et une saine concurrence entre les opérateurs, sans hégémonie, comme nous pouvions le voir auparavant avec France Télécom. Et Gabrielle Gauthey d’ajouter “La fibre doit être partagée de tous ».

Lire la suite…

Article VDSL2 – Degrouptest & Situation Longeville

VDSL2    Encore plus de lignes pourront profiter du VDSL en octobre Autorisé au mois d’octobre 2013, le VDSL2 est une technologie qui permet d’augmenter de manière significative les débits des abonnés ADSL. En théorie,  elle  permet d’atteindre un débit descendant allant jusqu’à 100 Mb/s. Malheureusement, le VDSL souffre de nombreuses contraintes techniques : jusqu’ici, ce protocole ne concernait que les lignes directes d’une  longueur  inférieure à 1,5 km.

En d’autres termes, il fallait habiter à moins de 1,5 km du nœud de raccordement sans passer par un sous-répartiteur, ce qui empêchait 80% de la population de profiter du VDSL2. img-edito Le taux  d’éligibilité au  VDSL2 est en passe d ‘augmenter significativement : le 10 juillet dernier, le comité d’experts de l’ARCEP (régulateur des télécoms) a étendu le périmètre d’autorisation du VDSL2 aux lignes de distribution indirecte.    Ainsi, les lignes qui passent par un sous-répartiteur seront également concernées par le VDSL2, soit 30,8 millions de lignes. Parmi ces 30,8 millions de lignes, toutes ne sont pas éligibles : il faut là encore que la longueur  de la ligne soit inférieure à 1,5 km.

L’ARCEP estime à 14,5% la part de lignes éligibles à cette technologie (4,8 millions de lignes). La commercialisation des offres VDSL2 pour les lignes en question se déroulera dans le courant du mois d’octobre. (Le 27 pour OVH) Si vous souhaitez dès à présent savoir si vous bénéficierez du VDSL2, vous pouvez effectuer un test d’éligibilité sur DegroupTest.com. Vous pourrez ainsi connaître la longueur de votre ligne ainsi que les opérateurs qui ont installé cette technologie. Si votre ligne mesure moins de 1,5 km mais qu’elle passe par un sous-répartiteur, elle sera mentionnée comme inactive, toutefois il y a de fortes chances pour qu’au mois d’octobre vous bénéficiiez sans surcoût du VDSL2. En revanche, si l’affaiblissement de votre ligne est supérieur à 20 db, vous ne serez pas éligible au VDSL2.

Article paru : Degrouptest – Octobre 2014

===================================================================

COMMENTAIRES DE L’A.L.M.E.C 

Dès ce mois, nous allons relancer les autorités compétentes afin de mettre fin à l’inégalité flagrante qui existe dans notre commune entre la partie Nord (triple Play et haut débit disponible) et la partie Sud(aucune offre Triple play, ni TV ).

Actuellement, seul l’opérateur ORANGE tire son épingle du jeu. La montée en débit VDSL ( 100 Mbs) sera également à l’ordre du jour car nos répartiteurs et les longueurs de câble permettent la mise en place de cette technologie sans trop d’investissement. 

Les 2 répartiteurs NRA-ZO  de la partie Sud de Longeville (rue Gén de Gaulle et rue de Faulquemont) doivent être rétrocédés dans le domaine public et mis à la disposition des opérateurs. Ils sont la propriété du  D.U.F de Faulquemont et exploités exclusivement par ORANGE qui a assuré la 1 ère mise en service.

 Tant que cette situation perdurera aucun autre opérateur ne pourra ou voudra installer son matériel technique (DSLAM) dans ces 2 NRA-ZO. Pour le moment, ORANGE est quasiment le seul a proposer l’accès Internet mais sans proposer de recevoir la télévision ou seulement en installant à ses frais une parabole satellite. 

Techniquement rien ne s’oppose à l’activation du Triple Play et de la télévision via ADSL mais Orange profite du fait d’un texte de loi qui dit : » que tant qu’un nouvel opérateur n’a pas installé son matériel dans ces NRA-ZO ce dégroupage n’est pas possible « .

Cette affirmation est fausse, car a plusieurs reprises et dans d’autres régions de France, ORANGE a activé unilatéralement le Triple Play sans qu’un autre opérateur ne soit présent. Donc tant que le D.U.F sera propriétaire ne prendra pas l’initiative de demander ce dégroupage, il ne se passera rien pour la partie Sud de Longeville.  

Ou est la juste concurrence  et l’ouverture du marché pour les autres opérateurs ? .

Ils savent également que la plupart des Longevillois ont souscrit des contrats d’engagement Internet de 24 mois les rendant ainsi des « clients captifs » de l’opérateur historique ORANGE. 

Nous verrons en fonction des réponses que nous allons obtenir de la mairie et du D.U.F, quelles seront nos actions futures que nous allons lancer (dépôt de plainte officiel à l’A.R.C.E.P et D.G.C.C.R.F ( Direction Régionale de la Consommation Concurrence et de la Répression des Fraudes , … ).

Nous vous informerons rapidement des réponses et des décisions que nous allons prendre afin de mettre fin à cette situation et inertie qui dure depuis trop longtemps. 

 Le Bureau 

Passage au VDSL2 ?

VDSL2

Bonne nouvelle ou fausse bonne idée ? A partir du mois d’octobre, il sera possible d’utiliser le VDSL2 sur toutes les lignes de cuivre. Ainsi, plus de 4 millions de foyers vont pouvoir profiter du très haut débit. Si cette montée endébit est une très bonne nouvelle pour les personnes concernées, ne va-t-elle pas ralentir le déploiement de le la fibre optique ?

La prédiction de John Cioffi, le père du DSL, qui annonçait que le cuivre en avait encore pour un siècle de vie semble se vérifier. Hier, le comité d’experts indépendant a rendu un avis favorable autorisant l’extension du VDSL à l’ensemble des lignes de cuivre. 

Autorisée au mois d’octobre 2013 le VDSL2 (voir notre dossier) est une technologie permettant d’augmenter de manière significative les débits des abonnés ADSL. En théorie, le VDSL2 permet d’atteindre un débitdescendant de 100 Mb/s
P1040014

   Cependant, le VDSL2 souffre de contraintes techniques qui amenuisent considérablement ses performances. Jusqu’à présent ce protocole n’était applicable que sur les lignes directes d’une longueur        inférieure à 1,5 km. En d’autres termes, pour en profiter, il faut résider à moins de 1,5 km du NRA (central téléphonique) sans passer par un sous répartiteur. Pour les lignes d’une longueur supérieure,    les performances du VDSL2 sont équivalentes à celles fournies par l’ADSL2+. 

 

 

 



Le 10 juillet, le comité d’experts de l’ARCEP a donc étendu le périmètre d’autorisation du VDSL2 aux lignes en distribution indirecte (23.3 millions de lignes) soit toutes les lignes reliées à un central téléphonique (30,8 millions de lignes)
Malheureusement, tous les Français ne vont pas surfer sur Internet avec undébit à 100 Mb/s. Le nombre de lignes éligibles sera moindre que le nombre de lignes en distribution directe.

Ainsi, l’ARCEP estime à 14,5% la part de lignes éligibles au VDSL2 soit 4,3 millions de lignes représentant un gain de 5,8 points. 

Une commercialisation en octobre
Suite à cette autorisation, Orange dispose d’un mois pour compléter ses offres de gros afin d’y inclure le VDSL2. Dès la publication de ces nouvelles offres, les opérateurs (qui louent les lignes de cuivre à Orange disposeront d’un délai de trois mois supplémentaires pour préparer le lancement du VDSL2. 

Testez votre éligibilité dès à présent avec DegroupTest et Bonabo
DT Débit Logo

Si vous souhaitez savoir dès à présent si vous bénéficierez du VDSL2, vous pouvez effectuer un test d’éligibilité sur DegroupTest.com ou surBonabo.fr. Sur notre premier site pourrez connaître la longueur de votre ligne et son affaiblissement théorique ainsi que les opérateurs qui ont installé cette technologie. Ainsi, si votre ligne mesure moins de 1,5 km mais qu’elle passe par un sous-répartiteur, elle sera mentionnée comme inactive, toutefois il y a de fortes chance pour qu’au mois d’octobre vous bénéficiez sans surcoût du VDSL2. En revanche, si l’affaiblissement de votre ligne est supérieur à 20 db vous ne serez pas éligible au VDSL2. 

Sur Bonabo.fr, vous saurez si vous êtes éligibles et quel débit vous pouvez espérer. En outre, Bonabo.fr vous aidera à comparer les différentes offres des opérateurs. 

Dossier Numéricable : Tribunal Administratif de Strasbourg

 

statuejustice  Nous tenons a faire part que le Président de l ‘A.L.M.E.C,  M.Matejicek Christian vient par courrier en date du 17 Mai 2013  de donner son accord au Président du Tribunal Administratif de Strasbourg afin de mettre un terme et  l’arrêt de l’instruction du dossier NUMERICABLE de la commune de Longeville les St Avold.

Le maire, M.Webert ayant été forcé par son autorité de tutelle en l’occurence,  M.Le Préfet de Moselle d’annuler sa délibération NUMERICABLE  prise lors du Conseil Municipal du mois de Septembre 2012. ( voir article sur notre site).

L’objet de notre requête au Tribunal Administratif étant justement de demander l’annulation de cette délibération , notre demande est considérée comme aboutie.

Encore une fois et grâce à l’action efficace et concertée de l’Association A.L.M.E.C,  il a ainsi été possible de mettre fin à un projet voué à l’échec qui amputait le budget communal de Longeville de prés de 754000 € .

C’est la 2 ème fois depuis 2008 (début de son mandat) ,que le Maire M.Webert, connait à nouveau un revers sérieux et plusieurs rappels à l’ordre de la part des autorités de tutelle et des Tribunaux qui ont en assez de ce Maire qui bafoue sans vergogne les lois de la République.

C’est son manque de dialogue et communication qui l’on conduit à s’enfermer dans ses croyances en pensant qu’il est le seul à pouvoir décider de ce qui est bien ou non pour  Longeville les St Avold.

Cette attitude rétrograde l’ont conduit à prendre ses décisions irréfléchis qui vont à l’encontre de tout bon sens et de l’intérêt de Longeville les St Avold et malgré le fait que l’ A.L.M.E.C lui a fait part qu’il faisait fausse route !.

Les dernières informations publiées sur notre site(Déploiement VDSL2 en France)vont dans le sens  que nous avons bien fait de mettre fin à ce dossier qui n’aurait fait que de dépenser pour rien près 1/5 du budget annuel de notre commune.

De plus il n’a même pas le courage d’annoncer qui lui a fait renoncer à ce projet et préfère se cacher derrière le « contrôle de légalité »  de la sous préfecture de Boulay , alors que l’ensemble des Longevillois connaissent maintenant la vérité sur ce dossier.

Nous resterons vigilant et n’hésiterons pas à intervenir  sur le moindre dossier qui nous paraitra aller à l’encontre des intérêts des Longevillois.

Nous comptons sur tous les Longevillois afin de relayer cette information.

LE BUREAU Lire la suite…